Jouanno : "les idées de l’UMP sont antagonistes aux nôtres"

  • A
  • A
Jouanno : "les idées de l’UMP sont antagonistes aux nôtres"
Chantal Jouanno en interview sur Europe 1
Partagez sur :

INTERVIEW - La vice-présidente de l’UDI a défendu au micro d’Europe 1 la voix et les positions du centre, jeune parti qui ne doit pas exister dans l’ombre de l’UMP.

En pleine crise de l’UMP, les regards de certains ténors de droite se tournent vers le centre. Alain Juppé a appelé l’UDI et le Modem à s’allier à l’UMP pour créer un grand parti. Une idée qui ne séduit pas vraiment le centre comme l’a expliqué au micro d’Europe 1, Chantal Jouanno, sénatrice et vice-présidente de l’UDI : "Notre camp est majoritairement opposé à celui d’une alliance avec l’UMP".

L’UMP et le centre ne sont pas sur les mêmes lignes. Une alliance entre l’UDI et l’UMP n’est "à ce jour, pas naturelle", assure Chantal Jouanno. La sénatrice dénonce la ligne dure défendue par Laurent Wauquiez et voit dans l’UMP un parti "sur des positions de droite forte, de droite populaire, des positions antagonistes avec les nôtres". Forts de leur 10% aux européennes, les centristes souhaitent exister indépendamment de l’UMP, mais sont prêts, à leur tour, à tendre la main à ses ténors. "Alain Juppé dit qu’il faut une grande plateforme du centre, à la limite on lui dit 'mais bienvenu ! Venez ! On est en train de construire donc profitez-en !' Plutôt que de dire on va se marier dans une perspective un peu étrange, moi je dis plutôt bienvenu, welcome !", assure Chantal Jouanno.



Chantal Jouanno : "Il n'y a pas de guerre des...par Europe1fr

Un candidat du centre en 2017 ?  "Il n’y a que deux hypothèses possibles : soit on fait des primaires élargies à droite et au Centre avec un système et une équipe très claire pour gérer ces primaires. Dans ce cas on est d’accord, soit ce n’est pas le cas et aujourd’hui la plupart des candidats favoris à l’UMP ne sont pas favorables aux primaires, et dans ce cas-là nous aurons notre propre candidat aux présidentielles", explique la sénatrice centriste. Elle ajoute qu’"il y a une voix du centre à porter tout de même aujourd’hui. D’ailleurs je n’aime pas trop le terme de Centre, nous sommes plutôt des progressistes, mais il y a une voix à porter sur l’échiquier politique".

Une guerre des chefs latente au centre. Toutefois, les centristes peinent à parler d’une seule voix : Yves Jego dit que l’UDI n’est pas à vendre, François Sauvadet, dit oui à la main tendue de l’UMP. "A ce jour la position de François Sauvadet est plutôt unique", balaie Chantal Jouanno. La sénatrice assure que ceux qui souhaitent accepter la main tendue de l’UMP sont minoritaires et que l’UDI est un parti d’opposition qui n’hésitera pas à voter des lois proposées par le gouvernement. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

ALLIANCE - Et si l'UMP se (re)mariait avec le centre ?

ENQUÊTE E1 - L’UMP est au bord de la banqueroute

REACTIONS - Européennes : les centristes satisfaits de leur score

QUI DIT QUOI ? - L'affaire Bygmalion, cette patate chaude