Jeunesse: Hollande a-t-il tenu promesse ?

  • A
  • A
Jeunesse: Hollande a-t-il tenu promesse ?
@ REUTERS
Partagez sur :

François Hollande a présenté mercredi ses vœux aux jeunes. L'occasion de dresser un premier bilan.

Le rendez-vous. François Hollande a présenté mercredi, à Grenoble, ses vœux à la jeunesse française. "J'ai fait de la jeunesse la priorité du quinquennat" car "aider la jeunesse c'est donner un horizon à toute la France, à toute la société", a rappelé le chef de l'Etat lors de son discours.

La promesse. Afin de "redonner espoir aux nouvelles générations", François Hollande avait promis, dans ses 60 engagements pour la France de "remettre l'éducation et la jeunesse au cœur de l'action publique". Au soir de sa victoire, le 6 mai, pour son premier discours de président, il martelait encore : "Je demande à être jugé sur deux engagements majeurs : la justice et la jeunesse. Chacun de mes choix, de mes décisions se fondra sur ces seuls critères".

>>> Éducation, emploi des jeunes, Europe1.fr passe au crible les promesses présidentielles.

# LES ENGAGEMENTS EN COURS  DE RÉALISATION

Les contrats de génération. C'était l'engagement numéro 33 du candidat Hollande : "permettre l'embauche en CDI de jeunes de moins de 26 ans accompagnés par un salarié plus expérimenté, qui sera ainsi maintenu dans l'emploi jusqu'à son départ à la retraite". Cette mesure phare du programme de François Hollande a été présentée, le 12 décembre, en Conseil des ministres. Le texte a été définitivement adopté mercredi à l'Assemblée nationale. Le gouvernement espère 500.000 embauches de jeunes d'ici la fin du quinquennat.

Les emplois d'avenir. Ils sont un autre levier pour favoriser l'insertion des jeunes. Ces emplois sont réservés aux jeunes pas ou peu qualifiés, âgés de 16 à 25 ans. François Hollande n'a pas non plus laissé cette promesse au placard. Le projet de loi mettant en place ces contrats aidés à été voté, le 9 octobre, à l'Assemblée. Et c'est le président en personne qui, un mois plus tard, est allé assister à la signature des 12 premiers emplois d'avenir à Chelles. Reste à savoir si François Hollande arrivera à tenir son objectif : créer 150.000 emplois d'avenir d'ici 2014, dont 100.000 dès la fin de l'année.

Un enseignant fait cours, MAXPPP

© MAXPPP

La refondation de l'école. Qui dit jeunesse, dit éducation. Le candidat Hollande s'était fortement engagé sur une grande réforme de l'école. Chose promise, chantier lancé. Après avoir mené une grande concertation de juillet à octobre, le ministre de l'Education Vincent Peillon a présenté mercredi en Conseil des ministres le projet de loi "pour la refondation de l'école". Comme François Hollande s'y était engagé, 60.000 postes seront créés sur cinq ans, en plus du remplacement des départs en retraite. 7.000 recrutements seront destinés aux zones défavorisées et 3.000 autres permettront de développer l'accueil des enfants de moins de trois ans en maternelle, comme le stipulait l'engagement numéro 37 du candidat socialiste. Enfin, François Hollande avait promis plus de moyens humains pour les écoles primaires. Or, deux tiers des nouvelles embauches bénéficieront à l'école primaire, selon le projet de loi sur la refondation de l'école.

# LES ENGAGEMENTS A SUIVRE

Un dispositif "garantie jeunes". Cette allocation pour les jeunes précaires (450 euros) en est encore à ses débuts. Elle a été intégrée dans le plan anti-pauvreté présenté la semaine dernière par Jean-Marc Ayrault. Le dispositif sera testé dans dix départements pilotes à compter de septembre avant d'être étendu à tout le territoire. Objectif annoncé : la signature de 100.000 "garantie jeunes" par an à compter de septembre 2013.

Une garantie universelle. François Hollande avait promis la création d'un dispositif de caution solidaire en faveur des jeunes, avec l'Etat comme garant. Finalement, la ministre du Logement Cécile Duflot travaille sur un mécanisme de garantie universelle pour aider à la fois les jeunes … et les ménages défavorisés. "Il s'agit d'une mesure pour tous les locataires" mais qui "en réalité sera essentiellement au bénéfice des jeunes parce que ce sont eux qui ont le plus de mal à fournir des cautions ou alors ce sont leurs parents qui doivent les prodiguer", a-t-il expliqué.