Jérôme Guedj : "Il n'y a pas qu'une seule politique possible"

  • A
  • A
Jérôme Guedj : "Il n'y a pas qu'une seule politique possible"
Jérôme Guedj, président du Conseil général de l'Essone, était l'invité d'Europe 1@ DR
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le président du Conseil général de l'Essonne invite le gouvernement à s'interroger sur ses choix économiques.

Quand Guedj cite Hollande. Alors que Manuel Valls a annoncé "une rentrée difficile" aux Français, le président du Conseil général de l’Essonne, Jérôme Guedj, qui faisait partie des députés frondeurs du PS avant de rendre son siège à François Lamy dont il est le suppléant, a rappelé lundi matin sur Europe 1 "qu'il n'y avait pas qu'une seule politique possible". Si l'ancien député PS apprécie "le discours de vérité" tenu par le Premier ministre, il invite le gouvernement à s'interroger sur les choix politiques et économiques qui sont faits depuis deux ans. "Pour la réussite de ce quinquennat, on reste fidèles à ce que nous avait dit François Hollande lors de son discours du Bourget (Ndlr : le 22 janvier 2012) 'Il n'y a pas qu'une seule politique possible'. "Il y a une politique mise en œuvre, on peut peut être la questionner au regard des résultats qu'elle apporte", a conclu Jérôme Guedj.  

Haro sur les professions réglementées. Au sujet des professions réglementées, dans le viseur d'Arnaud Montebourg qui souhaite mettre fin à leur monopole afin de restituer du pouvoir d'achat aux Français, Jérôme Guedj a proposé sur Europe 1 qu'elles ne bénéficient plus du crédit impôt compétitivité emploi (CICE) prévu par le Pacte de responsabilité. "Ces professions réglementées vont bénéficier du CICE pour un total de plus d'un milliard d'euros", a assuré le président du Conseil général de l'Essonne, pour qui cet argent doit être redistribué aux collectivités locales pour que ces dernières puissent investir.