Jeannette Bougrab a un "côté apaisant"

  • A
  • A
Jeannette Bougrab a un "côté apaisant"
@ MAX PPP
Partagez sur :

Gérard Longuet a salué sa venue à la Halde, après avoir créé la polémique sur Malek Boutih.

Jeannette Bougrab "a un profil de juriste, d’universitaire, de haut fonctionnaire", a énuméré mercredi matin Gérard Longuet. Autant de raisons pour le patron des sénateurs UMP de saluer la probable nomination à la tête de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, la Halde, de cette candidate de l’UMP aux législatives de 2007.

Gérard Longuet avait créé la polémique début mars alors que le nom du socialiste Malek Boutih était cité pour occuper ce poste. Il avait indiqué qu’il était "un homme de grande qualité mais ce [n’était] pas le bon personnage", "parce qu'il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l'accueil de tous nos compatriotes".

"Quelqu’un de rassurant"

Gérard Longuet avait ensuite reconnu sur Europe 1 une formule "peut-être raccourcie et maladroite". Mais sur le fond, il avait persisté : "Je dis simplement que la lutte contre la discrimination doit être intégrée par ceux qui n’ont pas spécialement ce réflexe".

"Je voulais juste qu’une institution sensible soit dirigée par quelqu’un de rassurant", explique aujourd’hui Gérard Longuet. Jeannette Bougrab a "ce côté apaisant que je cherchais dans la fonction et donc je n’ai pas d’observation particulière autre que la satisfaction de voir qu’une institution sensible sera dirigée par quelqu’un de nuancé".