Jean-Marie Le Pen reconnaîtra "peut-être" la Shoah

  • A
  • A
Jean-Marie Le Pen reconnaîtra "peut-être" la Shoah
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

L'ancien président du FN a évoqué cette possibilité pour le deuxième tome de ses mémoires. 

Jean-Marie Le Pen a déclaré lundi qu'il reconnaîtrait "peut-être" la Shoah dans le deuxième tome de ses mémoires. L'ancien président et cofondateur du FN a cependant refusé de "demander pardon" pour ses propos polémiques à cet égard. Interrogé sur CNews pour savoir s'il reconnaîtrait la Shoah (l'extermination des Juifs par le régime nazi, ndlr) dans la suite de ses mémoires, dont le premier tome paraît jeudi, Jean-Marie Le Pen a répondu : "peut-être, si l'occasion se présente, en l'occurrence oui, parce que ça été un phénomène historique important".

"Je n'ai pas à demander pardon à qui que ce soit." Pourquoi Jean-Marie Le Pen ne mentionne-t-il pas dans le premier tome la rafle des juifs ? "Je n'ai pas connu ces choses-là" et "je n'écris pas un livre sur la guerre", a-t-il répondu. En revanche, l'ancien dirigeant frontiste a déclaré qu'il "n'avait pas à (s)'excuser" ou "à demander pardon" pour ses propos polémiques répétés sur les chambres à gaz, "détail" de l'histoire selon lui. "Je n'ai pas à demander pardon à qui que ce soit. Je peux avoir de la compassion pour ceux qui ont souffert, comme moi d'ailleurs, de la guerre", a-t-il déclaré.

Exclu du FN pour avoir réitéré ses propos sur les chambres à gaz. "Ce que je regrette, c'est l'usage abusif qui a été fait d'une formule qui n'avait, en elle-même, absolument rien d'outrageant ni de réducteur. Je crois que c'est une technique de combat dont j'ai été la victime", a estimé Jean-Marie Le Pen. Le 2 avril 2015, l'ancien président du FN avait réitéré ses propos sur les chambres à gaz, "point de détail" de l'histoire selon lui. Il avait confié cinq jours plus tard à l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol qu'il n'avait jamais considéré le maréchal Pétain comme un "traître". Il avait ensuite été exclu du parti par le bureau exécutif, après une violente bataille avec sa fille et présidente du FN, Marine Le Pen.