Jean-Marc Germain : "nous, les 41, on fait notre travail de député"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le député PS des Hauts-de-Seine, qui fait partie des "frondeurs", assume son opposition au gouvernement.

Il assume. "Nous, les 41, avons le sentiment de faire notre travail de député. On se fait même le reproche d'avoir été trop silencieux dans les deux premières années," a assumé mardi sur Europe 1 le député PS des Hauts-de-Seine Jean-Marc Germain qui fait partie du groupe des "frondeurs". Manuel Valls doit participer mardi matin à la réunion du groupe PS à l'Assemblée, où il se retrouvera face à ces députés récalcitrants qui comptent défendre leurs propositions via des amendements sur les prochains textes budgétaires, que ce soit la loi de finances rectificatives ou le budget rectificatif de la Sécu. "La République est fondée sur l'équilibre des pouvoirs, et si l'un de ses pouvoirs, en l'occurrence le Parlement est silencieux, alors la République est bancale", a encore argumenté Jean-Marc Germain.

Des pressions venues de Matignon ? Interrogé sur les pressions et intimidations que subiraient les "frondeurs" de la part du gouvernement, Jean-Marc Germain a botté en touche. "Le Premier ministre cherche à convaincre que sa politique est la bonne et je trouve qu'il est dans son rôle", a indiqué le député socialiste, qui a assuré "n'avoir subi aucune pression personnelle". Si Manuel Valls ne "le convainc pas" sur sa politique économique, Jean-Marc Germain a loué le style du Premier ministre. "Il a de la méthode de travail, de la capacité d'écoute, les 41, il nous a reçus deux fois et il a de l'autorité".

"Valls a raison  sur la SNCF". "Sur la SNCF, Manuel Valls a raison d'être ferme. Il y a quelque chose qui est sacré, c'est le baccalauréat. Les syndicats se tirent une balle dans le pied", a indiqué Jean-Marc Germain. Je demande aux cheminots de faire confiance au Parlement. Je voterai cette réforme en essayant d'améliorer le texte", a promis le député socialiste, alors que la réforme ferroviaire arrive mardi à l'Assemblée.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

INTERVIEW E1 - Jean-Marc Germain : "nous, les 41, on fait notre travail de député"

REBELLES  - Bienvenue au "Club des socialistes affligés"

L'INFO POLITIQUE - Duflot "veut être le visage de cette autre gauche"