Jean-Luc Mélenchon en meeting à Rennes : "C'est comme un bon film"

  • A
  • A
Partagez sur :

En meeting à Rennes dimanche, le candidat de la France insoumise a confirmé la dynamique créée autour de lui : des milliers de personnes ont suivi le discours depuis l'extérieur de la salle.

REPORTAGE

Toujours plus loin dans l'innovation. Après le meeting en hologramme, l'émission marathon de cinq heures sur sa chaîne YouTube et une marche pour une VIe République, Jean-Luc Mélenchon a lancé dimanche son tour de France en car, avec sono et grand écran intégrés. Première étape à Rennes où le candidat de la France insoumise à la présidentielle a rencontré un vrai succès populaire. Europe 1 y était.

"C'est magique". Bien avant le début de la réunion, une file d'attente, immense, s'est formée à l'extérieur de la salle qui, elle, s'est remplie en un quart d'heure. "C'est magique", pour Michel, un militant qui vend des badges et des ouvrages de Jean-Luc Mélenchon, et qui s'est fait dévaliser. "Il n'y a rien d'arrangé à l'avance, c'est du bouche à oreille", explique-t-il. "C'est comme un bon film, on ne pense pas qu'il est bon au départ puis ça prend, par la suite", poursuit le militant.

Une "belle démonstration de force". Au moins 5.000 personnes ont réussi à rentrer dans la salle, sans doute autant sont restées à l'extérieur. Une preuve de plus, pour Jean-Luc Mélenchon, que ses idées rassemblent. "Ceux qui sont dehors sont comme nous", lance le candidat à la présidentielle. "Je sais qu'ils voulaient démontrer quelque chose : la belle démonstration de force que vous espériez en venant si nombreux", sourit Jean-Luc Mélenchon avant d'ajouter : "Croyez que la carcasse dans laquelle je suis retrouve de l'énergie".



Le camion-podium du candidat de la France insoumise va partir de Rennes pour parcourir la France et continuer à amplifier la dynamique qui s'est installée depuis une semaine. Dans l'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon, on l'affirme désormais : on ne regarde plus derrière, où se trouve Benoît Hamon dans les sondages, mais devant, pour dépasser François Fillon. Et montrer qu'il y a une alternative crédible.