Jean-Luc Mélenchon assimile Manuel Valls à "l'extrême droite" quand il parle des musulmans

  • A
  • A
Jean-Luc Mélenchon assimile Manuel Valls à "l'extrême droite" quand il parle des musulmans
Jean-Luc Mélenchon a affirmé que Manuel Valls était sur la même ligne que le Front national concernant les musulmans @ CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :

"Quand [Manuel Valls] dit qu'il y a un problème avec les musulmans, si ce n'est pas d'extrême droite, ça veut dire quoi être d'extrême droite ?", s'est interrogé Jean-Luc Mélenchon dans "L'Émission politique" jeudi soir. 

Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a estimé jeudi que Manuel Valls était d'"extrême droite" quand l'ancien Premier ministre parle d'"un problème avec les musulmans".

Valls aux côtés du Front national ? "Les musulmans font l'objet en tant que religion d'un 'montré du doigt' permanent dont l'origine était le Front national", a déclaré le député des Bouches-du-Rhône sur le plateau de l'Émission politique de France 2. "Et puis on a vu se rallier des gens [qu'] on ne s'attendait absolument pas [à] trouver dans cette armée, des gens comme Valls", a-t-il poursuivi au cours d'un débat avec Philippe Val, l'ancien directeur de Charlie Hebdo

Ce dernier s'est étonné : "mais Valls n'est pas d'extrême droite !". "Ah bon ?", a répondu Jean-Luc Mélenchon, "mais quand il dit qu'il y a un problème avec les musulmans, si ce n'est pas d'extrême droite, ça veut dire quoi être d'extrême droite ?". 

"Un problème avec les musulmans". Il a rappelé qu'en Espagne récemment, l'ancien Premier ministre devenu député apparenté La République en marche, a "dit qu''il y a un problème avec les musulmans'". "C'est une position d'extrême droite", a-t-il estimé. 

"Il n'y a pas un problème avec les musulmans, il y a un problème avec l'islamisme politique", a-t-il poursuivi, assurant avoir "combattu" Manuel Valls, "partout, tout le temps, sans trêve, au prix de me fâcher avec mes amis". "Et parmi l'islamisme politique, il y a les terroristes et je suis pour qu'on mène la guerre aux actes terroristes", a-t-il conclu.