Jean-Louis Borloo : "Simone Veil ne faisait jamais la leçon à personne, elle montrait l’exemple"

  • A
  • A
Jean-Louis Borloo : "Simone Veil ne faisait jamais la leçon à personne, elle montrait l’exemple"
Jean-Louis Borloo rend hommage à Simone Veil.@ Sipa
Partagez sur :

INTERVIEW - Le centriste Jean-Louis Borloo, proche de la famille Veil, raconte quelle européenne l’ancienne ministre était. "Elle ne faisait jamais la leçon à personne mais elle montrait l’exemple : c’était sa force", se souvient-il.

Quel héritage Simone Veil laisse-t-elle?
Le fil conducteur de sa vie a été le caractère insupportable des souffrances inutiles. Celles infligées par la haine, l’intolérance, l’humiliation. Elle a été, à elle seule, un acte d’amour pudique. Elle s’est engagée pour les femmes, pour son pays, pour l’Europe avec cette arme qui lui était particulière : son regard si clair, au sens de ferme. Camus disait qu’avec l’âge ce que l’on est apparaît sur le visage. Elle est restée belle tout le temps.

Ceux qui la connaissaient jurent qu’elle pouvait se montrer dure.
Je l’ai toujours trouvée tendre, même si elle pouvait, parfois, faire preuve d’une certaine maladresse. Quand elle était gagnée par l’émotion, ses mots devenaient plus saccadés. Cette maladresse s’explique aussi, sans doute, par sa détestation de la cour et les courtisans. Simone ne cherchait pas le style. Un sujet, un verbe, un complément, pour défendre une cause essentielle. Elle ne se vivait pas en icône. Elle ne se considérait pas comme une grande dame et, pourtant, c’était la plus grande.

J’ai toujours considéré qu’elle aurait fait un formidable chef d’État mais je ne l’ai jamais vue se poser vraiment cette question.

Pourquoi est-elle tant aimée?
Elle ne faisait jamais la leçon à personne mais elle montrait l’exemple : c’était sa force. Le soir, elle rentrait chez elle et menait une vie normale. Elle se plaisait à être quelqu’un des petits soucis ordinaires.

N’aurait-elle pas fait une formidable candidate à la présidentielle?
J’ai toujours considéré qu’elle aurait fait un formidable chef d’État mais je ne l’ai jamais vue se poser vraiment cette question.

Pour lire cet entretien en intégralité, cliquez ici. Retrouvez le JDD en kiosques, sur smartphone et tablette ou sur Internet. Découvrez également nos offres d'abonnement.

Propos recueillis par Hervé Gattegno et Anne-Laure Barret.