Jean d’Ormesson : "Hollande se regarde sans cesse faire"

  • A
  • A
Partagez sur :

Invité du Club de la presse, Jean d'Ormesson, qui a été intime avec de nombreux présidents de la République, porte un jugement pour le moins caustique sur François Hollande.

INTERVIEW

Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy... Tous ont entretenu une amitié certaine avec Jean d’Ormesson. Tous, sauf peut-être François Hollande.

"Il est vaniteux". "Hollande est un homme très intelligent, très sympathique, qui n’a que deux grandes idées : la première c’est la politique, la deuxième, c’est sa propre personne. Il est vaniteux", juge sur Europe 1 celui qui est entré à l’Académie française en 1973, et qui publie Le guide des égarés, aux éditions Gallimard.

Entendu sur Europe 1
C’est un homme qui est double : il se regarde sans cesse faire. Et qu’est-ce qu’il fait ? Pas grand-chose.

"Il passe son temps à commenter ce qu’il a fait". "C’est quand même un phénomène étonnant, Hollande", continue l’écrivain. "Je lui avais dit : ‘quand vous ne serez plus là, je ferai un article à votre éloge mais il faut que vous démissionniez avant’. C’est un homme qui est double : il se regarde sans cesse faire. Et qu’est-ce qu’il fait ? Pas grand-chose. Il passe son temps à commenter ce qu’il a fait ou ce qu’il n’a pas fait", commente Jean d’Ormesson, en réaction au livre de confidences présidentielles publié par les journalistes du Monde Gérard Davet de Fabrice Lhomme, Un président ne devrait pas dire ça... "Il est très loin de Mitterrand, très loin de Giscard", assène encore l’académicien de 91 ans.

"J'irai voter à la primaire" de la droite et du centre. Toujours proche de Nicolas Sarkozy, Jean d’Ormesson garde un œil avisé sur la vie politique… et plus particulièrement sur la droite. "L’autre jour, j’ai trouvé le débat assez ennuyeux mais d’un assez bon niveau" estime-t-il, avant de préciser : "Je pense que j’irai voter à la primaire. Parce que si même les gens de gauche vont voter, moi qui ne suis pas de gauche, je peux bien le faire !"