Jean-Christophe Cambadélis confirmé à la tête du PS

  • A
  • A
Jean-Christophe Cambadélis confirmé à la tête du PS
Jean-Christophe Cambadélis.@ AFP
Partagez sur :

SANS SURPRISE - Après avoir largement rassemblé les militants sur sa motion la semaine dernière, Jean-Christophe Cambadélis a été reconduit à la tête du Parti socialiste.

Le premier secrétaire du Parti socialiste a reçu l'onction des militants. Jean-Christophe Cambadélis a été reconduit jeudi soir à son poste, élu avec plus de 70% des voix par les militants face au député "frondeur" Christian Paul.

Ce score devrait à nouveau rassurer l'exécutif, qui s'était déjà félicité des résultats obtenus par Jean-Christophe Cambadélis la semaine dernière autour de sa motion, signée par Manuel Valls, la quasi-totalité du gouvernement mais aussi Martine Aubry.

Au-dessus de 70%. "Jean-Christophe Cambadélis devrait faire un score au-dessus de 70%" des voix, a affirmé à la presse Christophe Borgel, responsable des élections au PS, peu avant minuit. Ces résultats partiels, mais qui ne devaient pas beaucoup changer, portaient sur "le dépouillement dans plus de 50% des sections". "Je félicite de sa désignation Jean-Christophe Cambadélis, notre premier secrétaire pour la période qui s'ouvre", a déclaré aussitôt son challenger Christian Paul.

Jean-Christophe Cambadélis, 63 ans, était certain d'être élu. Sa motion avait obtenu 60% des voix lors du premier vote jeudi dernier. En outre, les motions C et D (respectivement 1,5% et 9,5% des voix) ont pu constituer des réserves de voix, leurs signataires ayant dans l'ensemble appelé à voter pour lui.

Jusqu'ici, le député de Paris ne tenait pas sa légitimité d'un vote des militants. Il n'avait été désigné que par le seul parlement du parti en avril 2014, après l'exfiltration de son prédécesseur Harlem Désir vers le gouvernement. En 2012, celui-ci avait été élu premier secrétaire du PS avec 72,5% des voix.

Une faible participation. La participation était toutefois seulement de "de 49 à 50%", sur un corps électoral de 131.000 militants appelés à voter. Jeudi dernier, 54,5% des adhérents s'étaient déplacés, reflet d'un parti fragile, miné par une importante hémorragie des militants.