"Je n’ai aucune rancœur"

  • A
  • A
"Je n’ai aucune rancœur"
@ Reuters
Partagez sur :

"Justice a été rendue", a lancé Dominique de Villepin, relaxé dans l’affaire Clearstream.

Une nuée de journalistes attendait Dominique de Villepin à sa sortie du tribunal correctionnel de Paris. "Justice a été rendue", a lancé, très solennel malgré le brouhaha, l’ancien Premier ministre, qui a été relaxé par les juges. "Je salue le courage du tribunal qui a su faire triompher la justice et le droit sur la politique (…) Je suis fier d'être le citoyen d'un pays, la France, où l'esprit d'indépendance reste vivant", a-t-il ajouté.

"Je n'ai aucune rancoeur, aucune rancune, je veux tourner la page", a insisté Dominique de Villepin. "J'ai été blessé par l'image que l'on a voulu donner de la politique", a-t-il ajouté. Puis il a ajouté, dévoilant ses intentions pour les mois à venir : "C'est vers l'avenir que je veux me tourner pour servir les Français et contribuer, dans un esprit de rassemblement, au redressement de la France".

Dominique de Villepin a ensuite quitté le tribunal, pour rejoindre son domicile. Très souriant, visiblement détendu, il a glissé quelques mots aux journalistes présents, serré la main de deux photographes, avant d'entrer dans l'immeuble.

Quelques heures plus tard, l'ancien Premier ministre a envoyé un message via le site de micro-blogging Twitter : "Merci à tous de me suivre sur ce fil d'information. Aujourd'hui est un grand jour, un jour de renouveau, un jour pour servir la France".