Jadot trouve que les discussions avec Hamon "n'avancent pas assez vite"

  • A
  • A
Jadot trouve que les discussions avec Hamon "n'avancent pas assez vite"
Yannick Jadot regrette que les conversations avec Benoît Hamon en vue d'aboutir à une candidature commune n'aillent pas assez vite@ DR
Partagez sur :

Le candidat EELV à la présidentielle trouve que la question de son rapprochement avec Benoît Hamon en vue d'une candidature commune n'avance pas assez vite. 

Yannick Jadot (EELV) juge que les discussions engagées avec Benoît Hamon en vue d'un "projet commun" pour la présidentielle "n'avancent pas assez vite", a-t-il dit jeudi sur RFI.

"Faire un projet commun". "Ma responsabilité aujourd'hui est de discuter avec d'autres candidats qui le souhaitent pour faire un projet commun", a déclaré Yannick Jadot, candidat Europe Ecologie - Les Verts à la présidentielle. "Après, la question des personnes est seconde. Elle n'est pas secondaire, elle est seconde", a-t-il ajouté comme on lui demandait s'il y aurait bien un bulletin Jadot à la présidentielle.

Les discussions ont commencé. "Le mandat que je considère avoir reçu dans cette primaire écologiste, c'est de faire en sorte que le prochain quinquennat soit écologique, social, européen", a-t-il précisé. Interrogé sur les avancées d'un possible rapprochement avec le vainqueur de la primaire organisée par le PS, Benoît Hamon, Yannick Jadot a répondu : "on a commencé à discuter, on verra bien". Il a toutefois ajouté qu'il trouvait que les discussions "n'avancent pas assez vite".

Une première réunion ce week-end. Il a précisé que "ce week-end" aurait lieu "une première réunion sur le projet". "On discute régulièrement avec Benoît Hamon, simplement il ne faut pas qu'on se prépare pour 2022". "Je trouve qu'elles n'avancent pas assez vite parce que la politique c'est de la dynamique. Il y a eu une dynamique autour de sa candidature, et sa candidature n'est certainement pas le fait de rejoindre un Parti socialiste usé dans un vieux bus diesel", a-t-il dit. Quant au candidat de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, il l'a appelé, mais il ne lui "a pas répondu" et ne l'a "pas rappelé". "Je considère que si Jean-Luc Mélenchon ne clarifie pas ses positions sur la démocratie comme sur l'Europe, pour moi ce sera compliqué, voilà (...) après il faut discuter".