Jacques Chirac a quitté l'hôpital jeudi et poursuit sa convalescence chez lui

  • A
  • A
Jacques Chirac a quitté l'hôpital jeudi et poursuit sa convalescence chez lui
Jacques Chirac a quitté l’hôpital jeudi et poursuit sa convalescence chez lui.@ AFP
Partagez sur :

L'ancien président de la République est rentré chez lui jeudi, après trois semaines d'hospitalisation. 

L'ancien président de la République Jacques Chirac, 83 ans, a quitté jeudi l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière à Paris, où il était soigné depuis le 18 septembre pour une "infection pulmonaire" et va poursuivre sa convalescence chez lui, a annoncé à l'AFP sa famille. "Le président Chirac a quitté aujourd'hui l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour son domicile" parisien, "où il poursuivra sa convalescence", a déclaré son gendre Frédéric Salat-Baroux.

L'objet de toutes les rumeurs. L'ancien chef de l'État (1995-2007) avait dû rentrer en urgence le 18 septembre du Maroc, où il était en villégiature avec son épouse Bernadette, afin d'être hospitalisé en urgence à la Pitié-Salpêtrière pour une infection pulmonaire. Dans les jours qui avaient suivi, il avait été l'objet des rumeurs les plus alarmistes sur son état réel, certains allant même jusqu'à évoquer sa mort, comme l'ancienne ministre Christine Boutin sur Twitter.

La famille de l'ancien président avait alors tapé du poing sur la table et Frédéric Salat-Baroux, époux de Claude Chirac, avait demandé "instamment qu'on respecte sa tranquillité" et sa "vie privée", de même que celle de ses proches. D'autant que Bernadette Chirac avait elle-même dû être hospitalisée brièvement pour se reposer.

Un merci à tous les Français. Frédéric Salat-Baroux a remercié jeudi toute l'équipe médicale et le personnel administratif de la Pitié-Salpêtrière "pour la qualité des soins prodigués et l'immense attention dont ils ont fait preuve à son égard". La famille Chirac a aussi adressé ses remerciements à "toutes les Françaises et les Français qui lui ont témoigné leur affection et leur attachement". "Cet élan et cette gentillesse ont certainement contribué à lui donner, dans l'épreuve, ce surcroît décisif de force et d'énergie", a souligné Frédéric Salat-Baroux.