Jacob : "Attaquer un commissariat, ce n’est pas acceptable"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le chef de file des députés UMP a rappelé la volonté de son groupe de déchoir de la nationalité française ceux qui partent faire le djihad.

L’INFO. Un homme a été abattu en Indre-et-Loire après avoir agressé des policiers à l'arme blanche dans un commissariat, a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête. Il s’agit de la troisième attaque de ce type en trois ans, après Mohamed Merah à Toulouse et Mehdi Nemmouche à Bruxelles.

>> LIRE AUSSI - Agression à Joué-lès-Tours : le soupçon islamiste

"Une pensée pour les trois policiers blessés et leurs collègues". Pour Christian Jacob, chef de file des députés UMP, et invité dominical  du Grand Rendez-Vous d’Europe 1-i-Télé-Le Monde, "un certain nombre de mesures ont été prises mais on peut toujours aller plus loin. J’ai surtout une pensée pour les trois policiers blessés et leurs collègues, qui vivent des moments difficiles car l’attaque a été très violente. Et on peut se poser la question : qu‘est-ce qui se passe dans la tête d’un jeune de 20 ans pour partir dans des accents de violence comme celui-là ?"

jac

"Il faut avoir davantage de contrôles sur internet". Faut-il aller encore plus loin dans la lutte contre le terrorisme et comment empêcher l’autoradicalisation des jeunes français ? "Il faut avoir davantage de contrôles sur internet. Je pense aussi que lorsque des Français font le choix d’aller porter les armes contre des soldats français, il faut avoir des sanctions appropriées. C’est pour cela que nous avions proposé la déchéance de nationalité pour ceux qui ont la double nationalité et pour ceux qui viennent de l’acquérir". Et d’ajouter la possibilité d’utiliser "la peine d’indignité nationale qui permet d’avoir des peines d’emprisonnement de 30 ans ferme pour tous ceux qui s’en prennent à nos forces de l’ordre. Attaquer un commissariat, ce n’est pas acceptable."

La loi Macron, "une opération de communication". Interrogé ensuite sur la Loi Macron, et notamment sur le fait que l’UMP a longtemps réclamé l’ouverture du travail du dimanche, Christian Jacob a estimé qu’il s’agit "d’une opération de communication. Sur le fond, il n’y a rien ! Va-t-on récupérer un point de croissance parce que l’on va travailler cinq dimanche de plus par an ? Personne n’y croit !"

>> LIRE AUSSI - La loi Macron met l'UMP mal à l'aise

"Heureux d’accueillir Aubry sur les revendications de l’UMP". Est-ce à dire qu’il est d’accord avec les positions de Martine Aubry et Anne Hidalgo, les maires de Lille et Paris ? "Je suis heureux qu’elles aient rejoint la position de l’UMP, que nous avons défendue en 2009. Même si c’est une conversion tardive, je suis heureux d’accueillir Martine Aubry sur les revendications de l’UMP."

>> LIRE AUSSI - Pour Aubry, le travail dominical est "une régression"



Jacob : "heureux d’accueillir Aubry sur les...par Europe1fr

"Royal a été prise les doigts dans le pot de confiture". Quant à la résiliation des contrats passés alors avec les concessionnaires autoroutiers - une idée avancée par la majorité -, Christian Jacob a jugé que "serait une folie". "Est ce qu'on est capable de sortir 20 milliards d'euros aujourd'hui? C'est d'un ridicule de sortir ce genre de proposition !" Et de conclure : "C'est madame Ségolène Royal qui a accepté cette hausse de tarifs ! Elle a été prise les doigts dans le pot de confiture, ça se sait, donc elle essaie de s'en sortir, mais c'est bien elle qui l'a acceptée! C'est elle qui a négocié ça pour allonger la durée des concessions".

>> LIRE AUSSI - Autoroutes : les députés optent pour une "résiliation"