Jack Lang salue "un élan populaire" autour de Hollande

  • A
  • A
Jack Lang salue "un élan populaire" autour de Hollande
@ Europe 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le président de l'Institut du monde arabe était l'invité d'Europe 1 dimanche.

Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe, était l'invité de Patrick Roger et Sonia Mabrouk sur Europe 1, dimanche. L'ancien ministre socialiste a salué "un sursaut national" après les attentats djihadistes à Paris. "Nous avons aussi cette chance qu'il y ait en ce moment un élan populaire autour du président de la République et de l'exécutif", a-t-il poursuivi, saluant "un président de la République qui par ses actes, par ses actions, par ses mots, trouve le ton juste et décide dans la bonne direction".

>> LIRE AUSSI - Y aura-t-il un effet "attentats" sur le quinquennat de Hollande ?

L'islam, "il faut mieux l'expliquer". Alors que François Hollande a encore appelé samedi à "éviter les amalgames", Jack Lang a pointé une instrumentalisation de l'islam par les terroristes. "La religion musulmane, il faut mieux l'expliquer, à travers des porte-parole, des témoins", a-t-il estimé. Pour lui, "c'est une religion de paix et de lumière. Elle n'est pas à confondre avec les extrémistes, les terroristes et les djihadistes de tout poil qui veulent l'utiliser, comme on a naguère utilisé la religion catholique ou la religion protestante pour commettre des exactions".

>> LIRE AUSSI - Hollande : "pas d'autre communauté que la communauté nationale"

"Le pays de Voltaire". Réagissant aux manifestations anti-Charlie Hebdo qui agitent certains pays, Jack Lang pris la défense de l'hebdomadaire. "Nous sommes le pays que nous sommes, c'est à dire un pays laïc", a-t-il affirmé. "Nous sommes le pays de Voltaire, nous sommes le pays de Rabelais, nous sommes le pays qui aime rire", a poursuivi l'ancien ministre de François Mitterrand. "Nous ne voulons pas imposer cette vision de la société aux autres pays, nous respectons leurs traditions, mais qu'ici même en France, on sache que la liberté d'expression doit être respectée".

>> LIRE AUSSI - Hollande : les musulmans sont les "premières victimes du fanatisme"