"J'ai les sous" : Tapie dément

  • A
  • A
"J'ai les sous" : Tapie dément
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'homme d'affaires maintient toutefois son interprétation du soir de la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007.

"Ça y est, j’ai les sous !". Dans un entretien au quotidien Sud Ouest, un ancien proche de Bernard Tapie, Benoît Bartherotte, décrit un Bernard Tapie exultant le soir de l'élection de Nicolas Sarkozy, en mai 2007 : "on l'a tous vu exulter : ‘ça y est, j'ai les sous !’ (…) il semblait sûr de lui, l'avenir a prouvé qu'il avait raison, mais à court terme", a-t-il expliqué au quotidien.

bartherotte

"C'est une image". Contacté par Europe 1, Benoît Bartherotte a très largement nuancé ses propos. "C’est une image", a précisé l’homme d’affaires, qui assure n’avoir reçu ni "confidence" ni "déclaration" de Bernard Tapie. L'homme s'est en fait seulement fait une "impression" en voyant l’ancien ministre "exulter" sur les plateaux télé. Benoît Bartherotte maintient toutefois ses propos tenus dans le quotidien régional.

Un "arrangement"? Pour convaincre l'Etat de choisir la voie de l'arbitrage pour régler son différend avec le Crédit Lyonnais, procédure qui lui a rapporté 403 millions d'euros en 2008, Benoît Bartherotte estime que Bernard Tapie, "tel que je le connais, aura su promettre un arrangement électoral, comme par exemple se présenter à une élection pour bloquer la gauche à un moment décisif". "Le problème aujourd'hui ne viendrait-il pas du fait que le contrat n'a pas été rempli?"s'interroge-t-il.

"Ce type dit n'importe quoi". Bernard Tapie s'est dit scandalisé par ces propos, affirmant que "ce type dit n'importe quoi sur moi". "Le soir de l'élection de Sarkozy, j'étais chez moi, avec mes parents, mes enfants, et sauf si ce monsieur était caché dans un placard à balais, je ne vois pas comment il a pu entendre ce que je disais ce soir-là", a-t-il affirmé. "Que les médias reprennent cette info-là pour en faire une info majeure, ça prouve qu'on est en train de changer de monde", a encore regretté l'homme d'affaires.

>> A LIRE AUSSI : Richard et Rocchi mis en examen