Intérêts des ministres : "rien à déclarer"

  • A
  • A
Intérêts des ministres : "rien à déclarer"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Comme promis, "les déclaration d’intérêts" des membres du gouvernement ont été mises en ligne.

Luc Chatel a un PEA au Crédit Agricole, Nora Berra a des "parts sociales" dans une SARL de restauration, Frédéric Lefebvre écrit "RAS" et bon nombre de ministres avouent "Néant"… Les "déclarations d'intérêts" du Premier ministre et de l'ensemble du gouvernement ont été mises en ligne jeudi sur le site web du gouvernement. Destinées à assurer une meilleure transparence et prévenir les conflits d'intérêts, ces déclarations apparaissent toutefois très sommaires.

Valeurs mobilières, placements et instruments financiers

Le questionnaire des déclarations, promises après l’affaire Woerth/Bettencourt et la polémique suscitée par le livre de Martin Hirsch, a été élaboré en mars par Matignon.

Ces déclarations ne recensent cependant pas l'ensemble des biens des ministres mais seulement ceux "dont la valeur, pouvant varier à court terme, est susceptible d’être directement influencée par des décisions du gouvernement", précise le site. Sont ainsi mentionnés les valeurs mobilières et instruments financiers de nature proche mais non les propriétés immobilières.

Des actions Pernod-Ricard pour Jouanno

"Les parts ou actions d’organismes de placement collectif (Sicav, Fonds commun de placement) ne sont pas à déclarer, sauf si elles se rapportent à un secteur d’activité particulier, précisément défini", précise le site du gouvernement. Dans cette catégorie François Fillon signale qu'il détient des actions EDF et Crédit agricole, dont la "gestion est confiée, pendant l'exercice des fonctions ministérielles, à un intermédiaire agréé". Autre exemple : la ministre des Sports, Chantal Jouanno, déclare des actions Pernod-Ricard.

En ce qui concerne les participations des ministres dans diverses entreprises, elles ne sont à déclarer que si elles dépassent les 5.000 euros ou plus de 5% du capital de la structure concernée. Exemple : la secrétaire d’Etat chargée de la Santé, Nora Berra a des parts dans une SARL de restauration. Thierry Mariani déclare également ici des investissements "Loi Dutreil" qui donnent droit à des réductions d'impôt et d'ISF.

Quid des possessions des conjoints

Le bémol de taille dans ces déclarations - où la majorité des ministres n’ont rien à déclarer - tient dans le fait que la partie concernant les biens du conjoint et des enfants ne sont pas rendus publics, "dans un souci de protection de la vie privée des tiers", peut-on lire sur gouvernement.fr.

Rien n’est dit, non plus, sur la profession des conjoints. La polémique Woerth/Bettencourt avait pourtant largement porté sur l’embauche par le gestionnaire de fortune de L’Oréal de Florence Woerth, la femme du ministre du Travail de l’époque.