04/06/2018 - 07h37

INFORMATION EUROPE 1 - Des députés En Marche réclament un remaniement

© PHILIPPE LOPEZ / AFP

S'ils estiment ne pas pouvoir s'attaquer aux poids lourds du gouvernement, certains députés LREM militent pour l'éviction d'autres ministres. Objectif : afficher une image moins à droite.

Au sein du groupe parlementaire La République en Marche, ils sont de plus en plus nombreux à faire entendre leur voix pour réclamer un virage social. Selon eux, cela passe tout bonnement par le départ de certains ministres. Échaudés par la loi asile et immigration, l'abandon du plan banlieues de Jean-Louis Borloo, et la polémique sur les aides sociales, ils plaident pour un remaniement du gouvernement cet été, selon les informations d'Europe 1.

Des poids lourds indéboulonnables. "Macron a été élu par le centre gauche, et on mène une politique de droite", s'énerve un pilier de la majorité. "Mais c'est normal, les seuls types qui font de la politique dans notre équipe viennent de la droite, et ils pensent que nous ne sommes qu'une parenthèse". Dans leur viseur, on aperçoit Édouard Philippe, Gérald Darmanin (ministre de l'Action et des Comptes publics), Bruno Le Maire (ministre de l'Économie), Gérard Collomb (ministre de l'Intérieur)… "Ils sont indétrônables", reconnaît l'un de ses collègues. "Alors que les ministres purement techniques, eux, on peut les remplacer du jour au lendemain sans conséquence", arguent-ils.

Pour une image plus à gauche. Ces députés estiment qu'il est temps de remercier Élisabeth Borne (la ministre des Transports), Françoise Nyssen (la ministre de la Culture), ou encore Jacques Mézard (le ministre de la Cohésion des territoires), pour les remplacer par des figures de gauche. "Car le problème, ce n'est pas le rééquilibrage, c'est l'affichage", ajoute une députée du premier cercle. Selon elle, "dans ce gouvernement, personne n'incarne vraiment la dimension sociale" du projet de La République en Marche. "Ça donne l'impression qu'on a la politique d'immigration d'Hortefeux, la politique économique de Sarkozy, et la politique environnementale d'EDF", s'agace un ancien socialiste.

Du lobbying. "Ce problème a été identifié au plus haut niveau", se rassure un député. "Macron a la culture du résultat. J'espère qu'il profitera de l'été pour faire le ménage", souffle-t-il. D'ici-là, cette vingtaine de députés va faire pression en coulisses, et publier une tribune pour rappeler que les marcheurs ont une jambe gauche.