Ils racontent Jacques Chirac

  • A
  • A
Ils racontent Jacques Chirac
Partagez sur :

Découvrez les coulisses de cinq grands épisodes de la carrière de l’ancien président racontés pour Europe1.fr par des témoins.

En 1976, Jacques Chirac démissionne avec fracas de Matignon :"Giscard partait en voyage, alors il avait demandé à Jacques Chirac de retarder un peu la date de sa démission. (...) C’était une sorte de déclaration de guerre", raconte l'ancien secrétaire général de l'Elysée Jean François-Poncet, qui a annoncé le départ du premier ministre à la presse le 25 août 1976.

> Retrouvez l'intégralité de son témoignage

En 1988, le premier ministre Jacques Chirac et le président François Mitterrand s'affrontent verbalement lors du débat télévisé de l'entre deux tours de l'élection présidentielle : "On a laissé longuement se défier Chirac et Mitterrand. (...) Au fond, Jacques Chirac n’était pas encore assez mûr pour un débat de ce type", racontela journaliste Michèle Cotta qui animait la soirée.

> Retrouvez l'intégralité de son témoignage.

En 1991, Jacque Chirac dérape lors d'un dîner sur "le bruit et l’odeur" des familles immigrées :"Son discours était totalement improvisé. Quand il a raconté son anecdote, la salle a ri de bon cœur.(...) Sur le coup, Jacques Chirac n’a pas du tout réalisé que ses propos avaient été mal perçus", raconte Eric Dolingé, alors président du RPR du Loire, qui avait organisé la soirée.

> Retrouvez l'intégralité de son témoignage.

En 1995, Jacques Chirac parade dans les rues de Paris après sa victoire à la présidentielle : "Chirac était K.O. Il ne disait rien. (...) Chirac avait une obsession,c’était que surtout je ne renverse personne", raconte Jean-Claude Laumond, son ancien chauffeur,qui l'a emmené à travers les rues de Paris ce 7 mai 1995.

> Retrouvez l'intégralité de son témoignage.

En 1996, Jacques Chirac prend à partie les services de sécurité israéliens qui l'empêchent de saluer les Palestiniens et bousculent les journalistes : "Ca a été un moment assez exceptionnel. Les autorités israéliennes étaient un peu sous le choc de cette phrase qui était quand même d’une violence…", raconte Pierre Haski, qui faisait partie de la délégation de journalistes qui suivaient le président.

> Retrouvez l'intégralité de son témoignage.