"Il vaut mieux un petit peu de proportionnelle" que pas du tout, estime Florian Philippot

  • A
  • A
"Il vaut mieux un petit peu de proportionnelle" que pas du tout, estime Florian Philippot
Florian Philippot et les députés FN seraient prêts à voter cette nouvelle disposition@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Le vice-président du FN a estimé qu'une "dosette" de proportionnelle était toujours mieux que "pas de proportionnelle du tout" mais cela ne "représente pas l'aspiration démocratique à laquelle ont droit les Français".

Florian Philippot, vice-président du Front national, parti favorable à l'instauration de la proportionnelle intégrale aux élections législatives, a estimé lundi qu'une "dose" de proportionnelle, comme envisagé par l'exécutif, serait "mieux que rien".

Une dose "c'est mieux que rien". Si Emmanuel Macron "évoque la proportionnelle" dans son discours devant le Congrès réuni lundi après-midi à Versailles, "tant mieux", a déclaré Florian Philippot sur Public Sénat et Sud Radio. "Si ça ne concerne que 100 députés", comme évoqué par le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, "par contre c'est peu. Ça serait vraiment une dose, voire une dosette", a poursuivi le vice-président du FN.

Des parlementaires prêts à voter cette loi ? Rappelant le souhait du FN d'une proportionnelle intégrale, "une vraie proportionnelle", Florian Philippot a néanmoins estimé qu'une "dose", "c'est mieux que rien". "Je ne vais pas cracher dessus. C'est mieux que rien. Mais ça ne représente pas l'aspiration démocratique à laquelle ont droit les Français", a-t-il jugé. Les parlementaires FN pourraient-ils la voter ? "Nous regarderons comment ça se passe, sur quelle base, etc. (...) Mais sur le principe, il vaut mieux un petit peu de proportionnelle que pas de proportionnelle du tout".

Une réduction du nombre de députés. Florian Philippot a également réclamé "une vraie réduction drastique" du nombre de parlementaires. "Nous, nous avons réclamé 300 députés et non plus 577 et 200 sénateurs et non plus 348", a-t-il rappelé. François de Rugy a évoqué lundi matin sur RTL l'objectif d'une réduction du nombre de députés de 30%, pour arriver à 400. "Si sur les 400 députés vous avez une centaine de députés élus à la proportionnelle, ce serait un progrès très important dans l'expression de la diversité politique", a-t-il ajouté.