Il reçoit deux cartes électorales

  • A
  • A
Il reçoit deux cartes électorales
Les témoignages de personnes ayant reçu deux cartes électorales se multiplient à douze jours du premier tour de scrutin.@ Maxppp
Partagez sur :

ENQUETE - L'Insee évoque un dysfonctionnement pour expliquer l'anomalie.

Voter deux fois à élection présidentielle, c'est possible. Les témoignages de personnes ayant reçu deux cartes électorales se multiplient à douze jours du premier tour de scrutin. C'est le cas de Pierre. En décembre 2011, il déménage d'Angoulême pour la ville voisine Soyaux, en Charente. Pierre s’inscrit naturellement sur les listes électorales de sa nouvelle commune. Pourtant, début mars, il reçoit non pas une mais deux cartes d’électeurs.

"La première fois, j’ai reçu la carte électorale à mon domicile d’origine. Trois ou quatre jours après, j’ai reçu une carte d’électeur à mon domicile actuel", raconte-t-il sur Europe 1. Pourtant, le Charentais avait fait toutes les démarches adéquates. "J’ai une attestation qui dit bien que j’ai fait ce changement et que je devais être radié de ma ville d’origine. A priori, ça ne s’est pas fait", conclut-il.

"Un dysfonctionnement au niveau de l’Insee"

Si Pierre n’a pas été radié sur les listes électorales d’Angoulême, c'est parce que Maïté Declerc, qui gère l’Etat civil n’a pas reçu l’ordre de radiation que doit normalement lui envoyer l’Insee. "Chaque fois que l’on fait des inscriptions, on envoie un bordereau avec les personnes qui arrivent dans notre commune à l'Insee.

Il doit ensuite radier ces personnes de la commune où elles étaient auparavant sur son fichier national et faire une nouvelle inscription", explique la fonctionnaire. "Là, ça ne s’est pas fait. Il y a eu un dysfonctionnement au niveau de l’Insee", conclut-elle.  

L’Insee revoit la balle à l’électeur

A l’Insee, on parle de "retard" et on rappelle que c’est à l’électeur qui reçoit deux cartes de se faire radier d’une des mairies. Dans le cas contraire, l'électeur tenté de voter deux fois risque jusqu’à un an de prison et 15.000 euros d’amende, selon le code électoral.