Il n'y a eu "aucune intervention du gouvernement", assure Le Foll

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 -  Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a réagi aux accusations de Nicolas Sarkozy.

"Une stratégie bien connue". Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a évoqué jeudi la "stratégie bien connue" de la "contre-attaque" déployée par Nicolas Sarkozy, qui s'est livré à un violent réquisitoire contre l'exécutif et la justice dans une interview exclusivé sur Europe 1 et TF1. "Il a, dans une stratégie bien connue, joué la contre-attaque ou l'attaque: dans une position défensive, j'attaque. J'attaque et je porte des accusations de manière assez générale. Je peux comprendre qu'après une garde à vue, il y ait quelque chose qui touche l'individu et la personne de Nicolas Sarkozy mais au delà, il y a des sujets sur la table qui sont les raisons pour lesquelles il a été convoqué", a indiqué ce proche de François Hollande.

"Aucune intervention". "Il y a une procédure judiciaire, elle doit aller au bout pour que les choses soient claires", a martelé le porte-parole du gouvernement, rappelant les principes "d'indépendance de la justice et de la présomption d'innocence" édictées par François Hollande en Conseil des ministres. "La justice est indépendante, il n'y a aucune intervention à caractère politique. Certains ont du mal à l'imaginer mais c'est le cas", a  encore martelé Stéphane Le Foll alors que Nicolas Sarkozy a dénoncé "une instrumentalisation politique de la justice". "Il y a des institutions, il faut les laisser travailler", a t-il conclu.

Regardez l'intégralité de l'interview ici :



EXCLUSIF - Interview de Nicolas Sarkozy  sur...par Europe1fr
sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

INTEGRALE - L'interview de Nicolas Sarkozy en texte et en vidéo

L'ESSENTIEL - Cinq choses à retenir de l’interview de Sarkozy

CONTRE-ATTAQUE - Nicolas Sarkozy se défend point par point

COULISSES - "Sarkozy coincé dans un ascenseur, pendant 25 minutes entre huit policiers"

AVENIR - Sarkozy et la présidence de l'UMP ? "J’aurai à décider fin août, début septembre"