Hulot penche à gauche mais n'oublie pas Borloo

  • A
  • A
Hulot penche à gauche mais n'oublie pas Borloo
"La cohérence et la logique aujourd'hui, c'est envisager plutôt un partenariat avec les socialistes", a indiqué Nicolas Hulot samedi matin.@ REUTERS
Partagez sur :

INFO E1 - Il rejette l'idée d'un tandem avec le centriste mais ne lui ferme pas la porte.

Nicolas Hulot a mis les points sur "i" samedi matin sur Europe 1. L'ex-animateur a évoqué la question des alliances d'Europe-Ecologie-Les Verts en vue de la présidentielle de 2012. "La cohérence et la logique aujourd'hui, c'est envisager plutôt un partenariat avec les socialistes", a-t-il indiqué.

La porte n'est pas fermée

Le leader écologiste a coupé court à l'idée d'un tandem avec Jean-Louis Borloo. "Si Jean-Louis Borloo rentre en campagne et que, tout à coup, la grille de lecture est assez proche des écologistes, on ne va pas se priver de ça. Mais pour l'instant on en est très loin", a-t-il indiqué.

"Pour autant, si Jean-Louis Borloo veut nous rejoindre, je ne vois pas pourquoi on lui fermerait la porte", a ajouté Nicolas Hulot. Il faudrait qu'il "dise très clairement qu'il est en phase avec les valeurs de la gauche", a insisté Nicolas Hulot.


Duflot tente de corriger le tir

Les déclarations de Nicolas Hulot ont suscité de nombreuses réactions au sein de EELV. "La position d'Europe Ecologie-Les Verts est très claire : aucune alliance avec aucun représentant de la majorité présidentielle quel qu'il soit, fût-il sympathique", a déclaré samedi Cécile Duflot, la patronne du parti.

De son côté, Jean-Vincent Placé, le bras droit de Cécile Duflot, a estimé que Jean-Louis Borloo n'avait "rien à faire" dans le rassemblement écologiste, et conseillé à Nicolas Hulot de "revenir sur ses propos".

Un congrès fondateur sous tension

Le Congrès fondateur d'Europe-Ecologie-Les Verts se tient ce week-end à La Rochelle. Daniel Cohn-Bendit a choisi de boycotter l’évènement. Cécile Duflot devrait sauf surprise être reconduite à la tête du Parti. En toile de fond du congrès, la bataille pour désigner leur candidat à la présidentielle. Les deux grands favoris sont Eva Joly et Nicolas Hulot.

Le PCF "pas rassuré pour l'avenir de la gauche"

Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, s'est dit samedi "pas rassuré pour l'avenir de la gauche" après les déclarations de Nicolas Hulot sur Jean-Louis Borloo, candidat à la primaire d'Europe Ecologie-Les Verts à La Rochelle. "On commence à avoir du mal à savoir si leur débat, c'est savoir s'il faut ou pas s'allier à Jean-Louis Borloo. C'est quand même extrêmement inquiétant sur le paysage" politique. Ce dernier "n'est quand même pas très stable", a-t-il poursuivi.