Hulot : "les ONG l'ont poussé à bout", estime la présidente de la FNSEA

  • A
  • A
Partagez sur :

Selon la présidente du syndicat agricole Christiane Lambert, le ministre de la Transition écologique a souffert des critiques des ONG, notamment sur la question des pesticides. 

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert  a estimé que les ONG ont "poussé à bout" Nicolas Hulot, notamment sur le sujet des pesticides, et en quelque sorte découragé le ministre de la Transition écologique, précipitant sa démission.

Des critiques "très violentes". "Les ONG l'ont poussé à bout, sur beaucoup de sujets et aussi sur ce sujet des produits phytosanitaires, en lui reprochant de ne pas aller assez vite", a-t-elle déclaré, ajoutant que ces critiques, "très violentes, très fortes, en direction de Nicolas Hulot (…) ont fini d'achever ses espoirs de changer les choses".  

"Nous avions réussi à nouer un dialogue sans concession, parce que nous n'étions pas d'accord sur tout, mais un dialogue constructif, comme l'illustre le rendez-vous impromptu que nous avons eu au Salon de l'agriculture", a rappelé Christiane Lambert.

Loin des caméras, alors qu'il n'avait pas prévu de venir au salon, Nicolas Hulot avait finalement rendu visite à la FNSEA : "il a passé 30 minutes sur notre stand, nous lui avons présenté notre travail, le contrat de solutions pour la protection des plantes, un document engageant, avec 40 partenaires du monde agricole pour réduire l'usage des produits phytosanitaires, et il en a reconnu la pertinence", a rappelé Christiane Lambert, qui s'est dite en revanche "choquée" de "propos guerriers sur les produits phytosanitaires".

La présidente du syndicat a réaffirmé que les agriculteurs "sont au travail" pour réduire l'usage des pesticides. "Nous sommes pour une écologie pragmatique, c'est historique de changer de cette façon-là et de dire 'oui, nous sommes au travail sur le sujet des produits phytosanitaires', mais une transition se fait sur un temps long'", a-t-elle insisté.

"La goutte d'eau qui a fait déborder le vase". "Ça interpelle qu'il ait fait le choix de démissionner ce matin, au lendemain d'un rendez-vous à l'Élysée sur la chasse. Visiblement, c'est peut-être la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", a encore estimé Christiane Lambert, qui, au moment de l'annonce par Nicolas Hulot de sa démission, avait rendez-vous avec l'un de ses secrétaires d'État, Sébastien Lecornu, pour discuter des "excès de dégâts de gibier" sur les exploitations agricoles, de la part des loups, des ours, et des sangliers. Dans les deux premiers cas, des dossiers gérés par Nicolas Hulot et son ministère…