Hulot, la dernière contrariété de Joly

  • A
  • A
Hulot, la dernière contrariété de Joly
@ MAXPPP
Partagez sur :

Dimanche soir, il a refusé de dire s'il voterait ou non pour la candidate à la présidentielle.

La période est décidément difficile pour Eva Joly. Après les doutes sur sa candidature exprimés dans son propre camp, la nécessité de revoir le budget de sa campagne à la baisse, faute d'argent, la candidate d'Europe-Ecologie-Les Verts doit subir une nouvelle contrariété dans sa campagne aux allures de parcours de combattante ; le coup de poignard dans le dos de Nicolas Hulot.

"Je vote pour la planète"

Invité du 20h de France 2, dimanche, son ancien rival à la primaire n'a pas voulu dire s'il voterait ou non pour la candidate d'EELV à la présidentielle. Prié de dire s'il soutenait Eva Joly, l'animateur de télévision a refusé de répondre, expliquant : "ce n'est pas l'important, l'important c'est de se retrouver sur des idées". "Je vote pour la planète", a assuré Nicolas Hulot, regrettant que les thèmes du changement climatique et de la transformation écologique de l'économie soient absents du débat.

"Une question de statut juridique..."

Interrogé à nouveau sur le cas Joly lundi matin sur France Inter, Nicolas Hulot a cette fois esquivé la question, s'abritant derrière le "statut juridique" de sa fondation. "Je suis à la tête d’une fondation apolitique et a-confessionnelle donc je ne peux pas me prononcer : c’est une question de statut juridique", a certifié Nicolas Hulot.

Trop tard. La polémique était déjà lancée. Jean-Vincent Placé, qui remplaçait lundi matin sur RTL Eva Joly, hospitalisée après une chute dimanche soir, a donné une petite leçon de savoir vivre à Nicolas Hulot. "Je le prends mal", a commenté le sénateur EELV de l'Essonne car "je suis très attaché au respect de la parole donnée". "Il nous avait dit lors de la primaire des écologistes qu'il voterait pour le gagnant ou la gagnante. La gagnante s'appelle Eva Joly", a-t-il rappelé, avant de conclure : "Ce qu'il fait n'est pas bien".