Huchon : "Les Sarkozy sont extrêmement atteints"

  • A
  • A
Huchon : "Les Sarkozy sont extrêmement atteints"
Partagez sur :

Le président de la région Île-de-France a réitéré son soutien au maire (PC) de Nanterre, Patrick Jarry, candidat à la tête de l’Epad.

Le choix de Jean Sarkozy de renoncer à la présidence de l’Epad est "une épreuve pour le fils, un échec pour le père, qui le poursuivra encore longtemps", a jugé Jean-Paul Huchon vendredi sur Europe 1. "La passion des Français pour l’égalité reste très forte, il ne faut pas l’oublier", a poursuivi le président (PS) de la région Île-de-France, selon qui "les Sarkozy sont marris et extrêmement atteints".

Retrouvez l'interview de Jean-Paul Huchon en intégralité :

Saluant une décision "lucide, raisonnable, et un peu tardive", Jean-Paul Huchon a estimé que Jean Sarkozy ne s’en était "pas si mal sorti", alors qu’on lui "faisait porter un poids terrible sur les épaules" : "Les rapports psychologiques entre le fils et le père ont l’air extrêmement compliqués. Ce n’est pas normal que les affaires de l’Etat puissent être à ce point mélangées de psychologie."

Interrogé sur le candidat qu’il soutiendrait pour prendre la présidence de l’Epad, le socialiste a déclaré que son choix était "très clair" : "Je vais voter pour le maire qui a la plus grande surface du futur établissement sur sa commune", c’est-à-dire Patrick Jarry, maire (PC) de Nanterre. "Ce n’est pas parce qu’il est communiste qu’on va laisser le maire de la commune la plus étendue, celle sur laquelle se font les développements, en dehors du jeu."

Au sujet du Grand Paris, le président de la région Île-de-France a jugé "aberrante" la manière dont le projet était mené : "La montagne accouche d’une souris. Christian Blanc [Secrétaire d'Etat chargé du Développement de la région capitale] propose un métro autour de Paris. C’est ça le Grand Paris ? Où sont les architectes ? Où sont les rêves d’urbanisme nouveau, de ville verte et agréable ? Où est-ce que ça a disparu tout ça ?"

Enfin, concernant Martine Aubry, Jean-Paul Huchon a estimé que la première secrétaire du PS avait été traitée de manière "très injuste" : "Dans le PS il n’y a que des egos. Elle a vraiment essayé de réveiller le PS. C’est la seule qui ne développe pas son égo, qui essaie de faire travailler tout le monde dans le même sens. Donc je ne vais pas l’abandonner, je vais l’aider, et on va continuer. Il faut qu’on regagne une crédibilité à travers les régionales."

> Décision de Jean Sarkozy : "digne" ou normale ?