Huchon : la grève sur le RER B aurait pu être "évitée"

  • A
  • A
Huchon : la grève sur le RER B aurait pu être "évitée"
Partagez sur :

Le président de la région Ile-de-France et du Syndicat des transports d'Ile-de-France a appelé la RATP "à négocier".

Depuis lundi, le trafic est perturbé sur la ligne B du RER. En cause : une grève pour dénoncer les conditions du passage à l'interopérabilité, c'est-à-dire la suppression du changement de conducteur en gare du Nord entre la SNCF et la RATP. Un mouvement social qui aurait pu être "évité" avec une "bonne négociation", a assuré mardi sur Europe 1 Jean-Paul Huchon.

"Cette grève du 9 novembre était prévue depuis pratiquement neuf mois", a rappelé le président socialiste de la région Ile-de-France, qui est également à la tête du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif). "J’appelle la RATP à négocier", a-t-il insisté, plaidant pour un dialogue en amont et permanent.

"On est en train de mettre en place un système qui va améliorer les choses pour les usagers, donner 5% de régularité en plus. Les grévistes auraient voulu que ça se passe avec des conditions de travail qui ne soient pas dégradées et avec une amélioration de leur salaire", a expliqué Jean-Paul Huchon. Pour le président de la région Ile-de-France, le conflit porte au final sur la "création d’une dizaine de postes". "Le temps n'est pas vraiment à l'augmentation de salaires", a rétorqué, toujours sur Europe 1, le ministre du Budget Eric Woerth.

Découvrez en vidéo l'intégralité de l'interview de Jean-Paul Huchon au micro de Marc-Olivier Fogiel sur Europe 1 :

Jean-Paul Huchon a rappelé qu’il avait demandé à la RATP de "compenser financièrement la pénalisation vécue par les usagers". Des pénalités sont prévues si 50% du trafic n'est pas assuré.

Lundi, l’élu socialiste s’était interrogé sur l'attitude du PDG de la RATP, Pierre Mongin, qui s'était félicité "d'une augmentation de ses bénéfices nets". Pierre Mongin lui avait répondu par lettre en assurant que les usagers des lignes A, également perturbée lundi, et B seront indemnisés, et que le dialogue social n'avait "jamais cessé".

> La grève dans le RER sème la pagaille à l’UMP

> Le service minimum, ça n’existe pas