Hortefeux soutient Wauquiez pour la présidence des Républicains

  • A
  • A
Hortefeux soutient Wauquiez pour la présidence des Républicains
Brice Hortfeux apporte son soutien à Laurent Wauquiez.@ MIGUEL MEDINA / AFP
Partagez sur :

Brice Hortefeux assure retrouver en Laurent Wauquiez "l'envie et la détermination de Nicolas Sarkozy" ainsi que "du Chirac sur la forme".

L'ancien ministre Brice Hortefeux annonce dans le Journal du Dimanche son soutien à la candidature de Laurent Wauquiez à la présidence du parti Les Républicains (LR), qui fera l'objet d'un vote les 10 et 17 décembre. "Je souhaite que Laurent soit candidat. Je soutiendrai sa démarche. J'espère son succès", dit l'ancien ministre. "Je retrouve en lui l'envie et la détermination de Nicolas Sarkozy".

"Une personnalité forte" qui "ne laisse pas indifférent". Laurent Wauquiez "porte en lui des qualités que personne ne peut sérieusement lui contester : rajeunissement par son âge (42 ans), compétence par son cursus et expérience par ses responsabilités, hier ministérielles, aujourd'hui comme président d'Auvergne-Rhône-Alpes", souligne l'ancien ministre. Alors que beaucoup de responsables LR détestent Laurent Wauquiez, Brice Hortefeux fait valoir que, "comme toute personnalité forte, il ne laisse pas indifférent". "C'est plutôt rassurant : rien n'est pire que l'eau tiède. La vérité, c'est que celui qui n'a pas d'ennemis n'a pas d'amis", ajoute-t-il.

Entre Chirac et Sarkozy. "Au-delà des postures ou des billards à 12 bandes, ceux qui souhaitent vraiment la reconstruction de la droite auront toute leur place autour de Laurent Wauquiez", assure-t-il, ajoutant en direction des juppéistes qui menacent de quitter LR s'il est élu président en décembre : "on ne peut pas revendiquer la démocratie quand cela vous arrange et ne pas en respecter le résultat s'il vous dérange. Les électeurs trancheront".

A l'inverse, Brice Hortefeux est "convaincu" que Laurent Wauquiez "trouvera les mots, gestes et attitudes qui apaiseront et rassembleront", "c'est une obligation dont il a parfaitement conscience". Retrouvant en lui "l'envie et la détermination de Nicolas Sarkozy", il affirme que celui qui a aussi "du Chirac sur la forme" sera "le champion d'une vraie opposition constructive, pas d'une opposition qui quémande des places".