Hortefeux ne s'excusera pas

  • A
  • A
Hortefeux ne s'excusera pas
Partagez sur :

Le ministre de l'intérieur s'estime victime d'une "tentative de lynchage médiatique".

On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Alors que Brice Hortefeux,dans la tourmente depuis la mise en ligne d'une vidéo jeudi soir, est défendu par un grand nombre de membres de la majorité, le ministre de l'intérieur s'est personnellement défendu samedi. "J'ai été outré par cette tentative de lynchage médiatique", affirme-t-il dans Libération, se disant "scandalisé par l'exploitation hallucinante de cette affaire. Pour qu'il y ait excuse, il faudrait qu'il y ait culpabilité ou faute. Encore une fois, dans ma bouche, il n'y a eu aucune allusion à quelque communauté que ce soit."

Parallèlement, la défense de Brice Hortefeux se poursuit. Samedi, c’est Claude Guéant qui est monté au créneau pour apporter son soutien au ministre de l’Intérieur, mise en cause dans une vidéo mis en ligne jeudi soir par Lemonde.fr. "Sur le fond, je trouve très injuste que l’on accuse Brice Hortefeux de racisme", estime le secrétaire général de l’Elysée dans les colonnes du Journal du dimanche, Première édition.

« La seule personne qui a pu percevoir le contexte de cet échange de propos est le jeune militant auquel il d’adressait. Or il n’a pas été choqué, poursuit Claude Guéant, qui voit plus dans cette affaire les dérives du tout-médiatique. "Une conclusion s’impose : on ne peut plus faire de plaisanteries spontanées dans un monde où tout le monde, tout le temps, est filmé."

Brice Hortefeux a également reçu le soutien de Dalil Boubakeur. Le recteur de la Grande mosquée de Paris a tenu à "manifester à Brice Hortefeux tout (son) soutien personnel, tant la probité de ce ministre et son contact ont été gratifiants pour les Musulmans d'Auvergne". Le premier président du conseil français du culte musulman assure : "Je témoigne qu'il n'a eu que des paroles de respect et d'aménité pour toute la communauté musulmane de France dans mes contacts avec lui."

Plus étonnant, Jack Lang a également tenu à soutenir Brice Hortefeux. "Il n'a jamais cédé à des instincts racistes. Cet incident a été monté en épingle et probablement mal interprété. Les choses s'emballent dans ce genre d'affaire", estime l'ancien ministre socialiste dans un entretien au Parisien.

Interrogé samedi matin sur Europe1, Dominique Sopo évoque quant à lui "une blague d’un goût douteux", et juge l’explication de Brice Hortefeux -qui a assuré que sa saillie s’adressait aux Auvergnats- "pas très vraisemblable". Pour autant, le président de SOS Racisme, n’en visage pas de porter plainte :



> Brice Hortefeux convaincu que la polémique va s'éteindre