Hommage à Xavier Jugelé, tué sur les Champs-Élysées : En Marche ! demande à Marine Le Pen de condamner les propos de Jean-Marie Le Pen

  • A
  • A
Hommage à Xavier Jugelé, tué sur les Champs-Élysées : En Marche ! demande à Marine Le Pen de condamner les propos de Jean-Marie Le Pen
Jean-Mari Le Pen a déclaré, au sujet de l'hommage rendu à Xavier Jugelé, "qu'on rendait plutôt hommage à l'homosexuel qu'au policier".@ AFP
Partagez sur :

Le mouvement d'Emmanuel Macron a demandé à la candidate FN à la présidentielle de condamner publiquement les propos de son père sur l'hommage à Xavier Jugelé.

Le mouvement En Marche ! d'Emmanuel Macron a demandé samedi que Marine Le Pen "condamne publiquement les propos de son père" sur l'hommage au policier Xavier Jugelé et mette fin "aux fonctions encore occupées par Jean-Marie Le Pen" au FN, dans un communiqué.

Dans son dernier "journal de bord" diffusé sur YouTube, Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du Front national, s'est déclaré "choqué" par la cérémonie nationale pour le policier Xavier Jugelé tué sur les Champs-Élysées dans une attaque terroriste, jugeant "qu'on rendait plutôt hommage à l'homosexuel qu'au policier".

Marine Le Pen n'a pas condamné les propos de son père. Invitée à réagir sur BFMTV, Marine Le Pen a déclaré vendredi avoir "trouvé cette cérémonie très digne" et "été très touchée par le discours qui a été tenu par son compagnon", lors de l'hommage auquel elle avait conviée, comme Emmanuel Macron. Mais, a critiqué le porte-parole d'En Marche ! Benjamin Griveaux, elle "n'a toujours pas, plus de 24 heures après la diffusion de cette vidéo, condamné fermement les propos tenus par son père, qui est encore le président d'honneur du Front national et membre de droit du comité central de ce parti".

"Le FN n'a pas changé". "Je demande à la candidate du parti Front national de condamner publiquement les propos de son père et de mettre fin immédiatement aux fonctions encore occupées par Jean-Marie Le Pen au sein du Front national. Comment croire qu'elle pourrait, demain, assumer les plus hautes charges de l'État, si elle n'est pas capable de sanctionner de tels comportements dans son propre parti ?", a-t-il ajouté dans le communiqué.

Et de conclure : "le Front national n'a pas changé (...) ni dans ses pratiques anti-républicaines, ni dans son idéologie. Que nos concitoyens qui doutent ou hésitent encore à aller voter le 7 mai prochain en soient pleinement conscients : choisir le vote blanc ou l'abstention, c'est mettre un bulletin dans l'urne en faveur de la famille Le Pen et de sa détestation de nos différences". 

"En Marche ! devrait s'adresser aux juges : ce sont eux qui ont rendu à Jean-Marie Le Pen son statut de président d'honneur, annulant la décision du FN", a répondu David Rachline, directeur de campagne de Marine Le Pen, évoquant cette décision intervenue le 17 novembre.