Hollande veut "(s')expliquer" dans un livre écrit de sa main

  • A
  • A
Hollande veut "(s')expliquer" dans un livre écrit de sa main
Partagez sur :

Le chef de l'Etat dit éprouver des "regrets" mais pas de "mélancolie". Il explique aussi avoir été touché par son impopularité sans toutefois avoir été empêché de gouverner.

François Hollande souhaite "expliquer" dans un livre écrit par ses soins ce qu'il n'a "sans doute pas assez expliqué", selon des confidences rapportées par L'Obs mercredi.

Des "regrets" mais pas de "mélancolie". "Oui, forcément", il écrira un livre. "Il y a eu trop de livres indirects, dont Le Monde a récemment affirmé que trois d'entre eux m'avaient tué. C'est exagéré. Mais je me dois d'expliquer, dans un livre direct, ce que je n'ai sans doute pas assez expliqué", a-t-il affirmé à l'hebdomadaire. Les trois livres dont il est question sont ceux de Valérie Trierweiler (Merci pour ce moment), Aquilino Morelle (L'abdication) et Fabrice Lhomme et Gérard Davet (Un président ne devrait pas dire ça). Alors qu'il s'apprête à quitter l'Elysée, le chef de l'Etat dit éprouver "des regrets : ne pas avoir mieux convaincu ni davantage rassemblé", mais pas de "mélancolie".

"Un sacerdoce". "Cinq années de plus, cela aurait été encore cinq années d'intranquillité permanente, de privation de vie personnelle et de liberté. Etre ici, c'est un don total de soi, un sacerdoce. D'autant plus que, pour des raisons de sécurité, renforcée après les attentats, je vis jour et nuit à l'Elysée. Et l'Elysée ne peut pas être un chez-soi", dit François Hollande.

"Je n'ai pas été haï". S'il "refuse de (se) projeter dans l'avenir" jusqu'au 8 mai, le chef de l'Etat ne ferme aucune porte. "Moi, contrairement à (Nicolas Sarkozy), je ne renonce à rien. Ce n'est pas la fin de ma vie, c'est le début d'une nouvelle...". Le président se targue d'ailleurs de tirer sa révérence en ne souffrant finalement pas d'une image trop négative auprès des Français. "Je reconnais que j'ai été un président impopulaire, mais, enfin, je n'ai pas été haï. Moi, j'ai été très tôt impopulaire, et cela m'a atteint, contrairement à ce que l'on prétend, mais cela ne m'a jamais empêché de gouverner et, surtout, je n'ai pas senti de grande hostilité contre moi, sauf à la période du mariage pour tous. Aujourd'hui je suis à deux doigts d'être aimé!", dit-il dans un rire.