Hollande veut rassurer la communauté musulmane

  • A
  • A
Hollande veut rassurer la communauté musulmane
Francois Hollande et Dalil Boubakeur, président du CFCM.@ IAN LANGSDON / POOL / AFP
Partagez sur :

Le chef de l'Etat, inquiet, de la recrudescence d'incidents, va prononcer un discours à l'Institut du monde arabe.

L'INFO. La communion nationale née des attentats de la semaine dernière connait déjà des ratés. Des fragilités ont notamment été mises en lumière à l'école, avec désormais 200 incidents recensés. Par ailleurs, 50 procédures pour apologie du terrorisme ont été ouvertes depuis une semaine. Sans oublier la multiplication d'actes malveillants dirigés contre les mosquées. Une situation qui a décidé François Hollande à adresser un message à la communauté musulmane, sous la forme d'un nouveau discours.

>> LIRE AUSSI - Plusieurs mosquées prises pour cibles

Le président inquiet de la situation. Les derniers chiffres sur les agressions islamophobes sont regardés de près par l'Elysée, et ils inquiètent le chef de l'Etat. En une semaine seulement, 23 agressions - contre des mosquées le plus souvent, mais aussi des agressions physiques violentes contre des personnes – ont été recensées et 59 menaces directes relevées par le ministère de l'Intérieur. Le préfet spécialement nommé pour coordonner la surveillance des lieux de culte, Patrice Latron, a reçu ordre de protéger  2.500 mosquées sur tout le territoire.

>> LIRE AUSSI - Le CFCM dénonce une recrudescence des actes antimusulmans

Gilles Kepel au rapport. Cette attention portée au risque islamophobe est rappelée quotidiennement par l'Elysée. Qui ajoute, au passage, que la seule famille de victimes qui a reçu une visite du chef de l'Etat est celle du policier Ahmed Berabet, de confession musulmane. Un signe fort, que François Hollande va réitérer jeudi en inaugurant le forum sur "les renouveaux du monde arabe" à l'institut du même nom. Spécialiste de la question, Gilles Kepel doit également remettre un rapport d'ici la fin du mois sur la radicalisation au sein de la société. Le politologue devra y faire des propositions concrètes afin lutter contre un phénomène qui alimente les peurs autour de la deuxième religion de France.

>> LIRE AUSSI - La France face aux menaces djihadistes : et maintenant ?