Hollande s’offre une "polémique" de Noël

  • A
  • A
Hollande s’offre une "polémique" de Noël
@ Christelle Alix/Elysée
Partagez sur :

TWITTER - L’opposition a fustigé la communication du président. En oubliant celle de Nicolas Sarkozy.

 L’INFO. Il s’est fait attendre. Mercredi matin, jour de Noël, François Hollande était peut-être occupé à déballer ses cadeaux. Toujours est-il que le chef de l’Etat a attendu 16 heures pour souhaiter, sur Twitter, des "joyeuses fêtes de Noël" aux Français. Trop tard pour nombre d’élus de l’opposition, qui ont dénoncé "une bourde" du président.

L’opposition râle. Fidèle à ses habitudes, Nadine Morano a été la première à y aller de son tweet critique à l’encontre du président.



Dans les rangs de l’opposition, l’ancienne ministre de l’Apprentissage est loin d’être la seule à s’engouffrer dans la brèche pour cogner sur le président en ce jour de fête. Valérie Boyer, député UMP des Bouches-du-Rhône, a elle aussi choisi le réseau social pour alimenter la polémique naissante :





Florian Philippot, vice-président du Front national, a quant à lui choisi l’ironie pour réagir à ce tweet jugé trop tardif du chef de l’Etat.



L’opposition a également trouvé autre angle d’attaque : les vœux adressés par François Hollande aux musulmans lors de la fête de l'Aïd, à l'été 2012, signe d’une préférence supposée du chef de l’Etat, comme l’a laissé entendre la sénatrice UMP des Français à l'étranger, Joelle Garriaud-Maylam :



Un message qui a visiblement inspiré Nadine Morano, qui a donc marché dans les pas de sa collègue :





Un responsable des Jeunes populaires du Nord est allé lui aussi dans ce sens :





Un rappel aux deux élus, tout de même : Nicolas Sarkozy, lors de son mandant de cinq ans, n’a souhaité Noël aux Français qu’à deux reprises. Et avait lui aussi salué « tous les musulmans de France » à l’occasion de l’Aid, en 2009.

"On est dans le degré zéro du débat politique." Sur Twitter, la riposte est venue du député de la Côte d’or Laurent Grandguillaume :



Invité jeudi matin d’Europe 1, Jérôme Guedj, député de l’Essonne, a lui aussi répondu avec force à Nadine Morano : "c’est Noël, on avait l'élévation de l'esprit de Noël. C'était beau, c'était familial, c'était convivial et d'un coup, les bas-fonds de la médiocrité politique. Nadine Morano se met à tweeter et là, je ne sais pas si c'est parce que c'est Noël, il y a une mère Fouettarde qui, à coup de tweets vengeurs, nous ramène à quelque chose d'un peu détestable, cette volonté de diviser les Français, de les opposer les uns aux autres. Je comprends que Bernard Accoyer n'en veuille pas comme tête de liste dans le Grand Est pour les européennes".



Guedj : "le remaniement, pour quoi ? Pour faire...par Europe1fr

Et le trublion du Parti socialiste de conclure, amer : "on est dans le degré zéro du débat politique. Savoir à quel moment le président a souhaité joyeux Noël... Le débat politique mérite mieux que ça."