Hollande rencontre Chirac en Corrèze

  • A
  • A
Hollande rencontre Chirac en Corrèze
@ Max PPP
Partagez sur :

Le président a été reçu au château de Bity, à Sarran, samedi.

Une rencontre en toute discrétion. François Hollande s'est rendu, peu avant 12h samedi, au château de Bity, à Sarran, en Corrèze, pour s'entretenir avec Jacques Chirac. Cette rencontre, strictement privée, a duré environ 45 minutes.

"Ils ont parlé de choses et d'autres"

"C'était une visite de courtoisie que je voulais faire, je savais qu'il était en Corrèze, j'y étais également. Je pensais que c'était une belle idée de faire cette visite amicale", a commenté François Hollande, précisant que la rencontre avait été organisée il y a deux jours. "Je ne voulais pas faire de politique en venant le voir", a-t-il précisé.

"Ils ont parlé de choses et d'autres, comme ils avaient l'habitude de le faire auparavant. C'est-à-dire d'une manière très amicale et très libre", a indiqué pour sa part l'épouse de l'ancien président Bernadette Chirac, présente lors de l'entretien qui a duré trois quarts d'heure. Les deux hommes ont évoqué tour à tour le département, la vie politique, le discours du Vel d'Hiv, que François Hollande doit prononcer dimanche.

Une certaine filiation avec Jacques Chirac

C'est la première fois que les deux hommes se retrouvaient depuis le fameux "trait d'humour" de Jacques Chirac. Le 11 juin 2011, l'ancien chef d'Etat avait apporté à celui qui n'était encore que candidat à la primaire PS un coup de pouce inattendu. "Je vais voter pour lui", avait-il lancé en évoquant ses qualités de "chef d'Etat". Une boutade, avait ensuite voulu minimiser son entourage.

Tout en se défendant de vouloir l'imiter, le président de la République a volontiers reconnu des qualités à son prédécesseur, à qui il est souvent comparé, pour son engouement à aller au contact des Français. "Chacun son style, son tempérament, sa façon de faire, ses idées. Mais Chirac avait un côté direct qui, d'ailleurs, lui a permis d'être élu sur une terre plutôt radical-socialiste et même communiste", a souligné François Hollande.