Hollande : qu'en disent les Allemands ?

  • A
  • A
Hollande : qu'en disent les Allemands ?
@ Reuters
Partagez sur :

REPORTAGE - Le président français va célébrer les 150 ans du parti de la gauche allemande. Avec Merkel.

In-sé-pa-ra-bles ! Après s’être vus mercredi à Bruxelles, François Hollande et Angela Merkel seront de nouveau ensemble, jeudi, à l’occasion de la célébration des 150 ans du SPD, le parti de la gauche allemande. Le président français prononcera un discours dans lequel il célébrera l’amitié franco-allemande. Mais si, dans son entourage, on assure que la page est tournée après les critiques du PS à l’encontre de la chancelière allemande, qu’en dit-on de l’autre côté du Rhin ?

>> A LIRE AUSSI : quand le PS "pète les plombs"sur l'Allemagne

RTXZWET(1)

"Moi, Allemande, je lui fais confiance". Les militants du SPD attendent avant tout un coup de pouce du président français dans leur campagne électorale contre Angela Merkel. Dans les sondages, la gauche allemande a en effet 17 points de retard sur la chancelière. Elle espère donc beaucoup de la visite du président français. "Oui, on se réjouit de sa venue. C’est un modèle de chef d’Etat parce qu’il est fait des choses "en vrai", il ne se contente pas d’avoir écrit un programme. Moi, Allemande, je lui fais confiance", assure à Europe 1 Katia, 31 ans, militante originaire de Dresde.

"On entend beaucoup de critiques sur Hollande". François Hollande attendu comme le messie ? Non, il ne va pas combler ce retard à lui tout seul, estime en revanche un autre militant, Bastian, qui refuse d’entrer dans la "Hollandemania" de certains de ses camarades. "Ici, on entend beaucoup de critiques sur Hollande, notamment le matraquage fiscal : des taxes, des taxes, des taxes… Du coup, je ne suis pas sûr que son soutien nous aide beaucoup pour les élections."

Que Bastian se rassure : François Hollande a juré qu’il ne manifesterait pas de soutien ostensible au SPD pour ne pas vexer Angela Merkel. Cette même Angela Merkel qui avait soutenu avec force Nicolas Sarkozy, tout en refusant de rencontrer le candidat socialiste…