Hollande prêt pour mettre "la France en avant"

  • A
  • A
Partagez sur :

C'était son premier discours de campagne pour les primaires socialistes. François Hollande s'est exprimé, mercredi soir, devant 900 personnes réunies au théâtre de Rutebeuf de Clichy-La Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Le député de Corrèze, récemment déclaré candidat, s'est dit "engagé sur un chemin long", "qui commence aujourd'hui et dont l'issue doit être la victoire en 2012".

Dans son long discours-programme de 1h15, il a fait le constat d'un "pays qui va mal" avec des familles aux "fins de mois impossibles à boucler", des "classes laborieuses qui subissent l'érosion du pouvoir d'achat" et le "sentiment que le pacte social s'est progressivement dilué". S'en prenant à Nicolas Sarkozy, qu'il a qualifié de président des "divisions entre générations, entre religions" et "couleurs de peau", l'ancien premier secrétaire du PS s'est mis en marche pour mettre "la France en avant", comme écrit sur l'écran géant où figuraient des portraits de Français dans un décor sobre.

Il a achevé son discours, avant un bain de foule, par une ode très applaudie au "rêve du Front populaire", celui du Conseil national de la résistance, "le rêve des alternances de 1981, 1988, de Lionel Jospin en 1997".