Hollande, opération séduction en Chine

  • A
  • A
Hollande, opération séduction en Chine
@ MaxPPP
Partagez sur :

ZOOM - Le président s’envole pour une visite d’Etat à Pékin.

L’inconnu doit convaincre. Une double première. François Hollande s’envolera mercredi soir pour la Chine pour une visite officielle de 37 heures. Une première aussi pour le nouveau dirigeant chinois Xi Jinping, qui n’a encore jamais reçu de chef d’Etat étranger sur son sol depuis son arrivé au pouvoir il y a cinq semaines. Inconnu en Chine, François Hollande devra convaincre. Car en mai dernier, les journaux chinois, pas tendres, le décrivaient alors comme un homme sans expérience, sans erreur et non marié.

Objectif officiel : vanter les mérites de l’industrie française et plaider pour un renforcement de la relation diplomatique avec Pékin. Une visite qualifiée de "haute importance" par le numéro un chinois Xi Jinping. François Hollande  ne sera pas seul dans cette visite préparée de longue date : huit ministres et une soixantaine de chefs d’entreprises seront à ses côtés. La délégation la plus importante de tous ses déplacements.

Objectif officieux : faire oublier le passé. En janvier 2004, à l'occasion de la venue à l'Assemblée nationale de l'ancien président chinois, Hu Jintao, François Hollande lui avait écrit une lettre pour attirer l'attention de celui-ci sur la "perpétuation de la peine de mort" en Chine, rappelle Le Monde. Une lettre alors co-signée par... Jean-Marc Ayrault. Quelques années plus tard, alors en pleine campagne présidentielle, le candidat socialiste lâche une petite phrase qui déplaît à Pékin : "j’en suis arrivé à un moment où je pense qu’il faut nommer l’adversaire. Je l’avais fait pour la finance, il faudra le faire pour les Chinois." Maintenant, il faut les rassurer.

110119LPA5444

Des VRP à la rescousse. Signe de l’importance accordée par l’Elysée à ce déplacement, ce sont des poids lourds politiques qui ont été dépêchés à Pékin pour préparer le terrain. L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin d’abord, grand connaisseur de l’Empire du milieu, pour qui "nous avons besoin de la Chine pour stimuler la croissance". Martine Aubry s’est quant à elle consacrée aux relations entre les entreprises françaises et chinoises. "François Hollande souhaite aider nos entreprises à gagner et développer des parts de marché en Chine. Il souhaitera dire aux Chinois que leurs investissements sont bienvenus en France", a expliqué la maire de Lille dans le Journal du Dimanche. Laurent Fabius, lui, a joué les éclaireurs en chef dès le mois de juillet 2012 pour une prise de contact officielle.

Tout, mais pas de couac. Tout faire pour ne pas se mettre à la faute. Ne pas reproduire là bas les nombreux couacs d’ici. "Il y a beaucoup de premières dans ce voyage", reconnaît un conseiller du président. L’Elysée fait valoir de son côté - pour se rassurer ? - que François Hollande a été le premier chef d’Etat a félicité son homologue chinois lors de sa victoire de mars dernier.

bruno Le Roux assemblée maxppp 930620 10.10.12

© MAXPPP

Ancien président du groupe d’amitié franco-chinois, Bruno Le Roux, patron des députés socialistes et proche du président, l’accompagne en Chine, et assure à Europe 1 qu’il est fin prêt : "je ne crois pas qu’il suffit de faire du tourisme dans un pays pour bien le connaître. François Hollande, bien que n’ayant jamais été en Chine, est au courant d’absolument toutes les subtilités de la vie politique chinoise et donc il y a un président de la République qui arrive en étant parfaitement informé et prêt à établir une relation avec un nouveau dirigeant". Quant à la toujours délicate question du Tibet, François Hollande l’abordera, jure son entourage. "On peut parler de tout sans coup d’éclat", assure l’Elysée.