Hollande-Merkel : "le courant passe"

  • A
  • A
Hollande-Merkel : "le courant passe"
@ REUTERS
Partagez sur :

EN TWEETS ET EN IMAGES - Europe1.fr vous a fait suivre la journée des élus français outre-Rhin.

Une journée de célébration. Du Front de gauche au Front national, en passant par l'UMP et le PS, 400 députés se déplaçaient mardi à Berlin, 50 ans jour pour jour après la signature par de Gaulle et Adenauer du traité de l'Elysée. Au programme des festivités, un grand rassemblement des députés français et allemands au Bundestag, suivie d'une petite pause musicale avec un concert à la Philharmonie de Berlin. François Hollande et Angela Merkel étaient évidemment de la partie. Europe1.fr vous a fait suivre la journée des parlementaires en photos et en tweets.

Le mot de la fin. Avec Angela Merkel "le courant passe" même sans électricité, a affirmé mardi François Hollande, la chancelière évoquant une "chimie" qui fonctionne, lors des célébrations des 50 ans de l'amitié franco-allemande. "C'est peut-être le secret le mieux gardé que la chimie fonctionne entre nous", a rebondi, toute aussi sibylline, la chancelière, observant : "comme ça, nous pouvons tranquillement coopérer".

21.01 50e anniversaire France Allemagne Hollande Merkel bisous 930620

© REUTERS

17 heures. Le concert. Les élus français sont invités à assister à un concert à la Philharmonie de Berlin. Pour s'y rendre, les élus traversent Berlin, capitale enneigée.



16h30. En chanson et en V.O. En plein débat, plusieurs députés français se sont risqués à quelques mots en allemand, suscitant des applaudissements de leurs collègues allemands. Karine Berger, députée des Hautes-Alpes, raconte sur Twitter qu'elle s'est livrée à un échange symbolique des hymnes allemands et français. "Tentative de chanter ensemble à la fin", ajoute-t-elle.





15 heures. Discours de Merkel. C'est au tour de la chancelière allemande Angela Merkel de s'exprimer. "Sans unité entre l'Allemagne et la France, il n'y a quasiment pas de progrès possible dans l'Union européenne, a-t-elle déclaré. Nous sommes convaincus que cette Europe est notre avenir commun." La chancelière a également annoncé la mise en place d'un dialogue social franco-allemand pour faire des propositions en matière de compétitivité et de protection sociale.

14h45. Hollande s'exprime au Bundestag. Le président de la République a fait l'éloge de l'amitié franco-allemande, qui n'est "pas exclusive", a-t-il précisé. Parmi les chantiers sur lesquels les deux pays veulent travailler, le chef de l'Etat a cité "l'Europe de l'énergie" ("Nous n'avons pas la même politique énergétique mais la même exigence par rapport au réchauffement climatique"-), mais aussi "l'Europe des transports" et "du numérique", ainsi que la politique pour la jeunesse.

Le président de l'UMP Jean-François Copé n'a pas l'air tout à fait passionné par le discours du président.

goasgen copé_modifié-1

Et pendant ce temps, du côté du buffet...



14h30. Bruno Le Maire est ému. Le germanophone et germanophile confie sur Twitter son émotion : "Siéger sous la coupole du #Bundestag avec les parlementaires allemands : un moment historique émouvant", écrit l'ancien ministre de l'Agriculture, quelques minutes après l'ouverture de la séance commune dans le Palais du Reichstag.



14h24. C'est parti ! La séance commune entre les députés français et allemands a débuté au Bundestag. Pour faire de la place à leurs collègues français, les députés allemands ont troqué leurs fauteuils habituels pour des sièges moins confortables.



13h45. Photo de groupe. Angela Merkel affiche un large sourire. Entourée de François Hollande, à sa droite, et de Jean-Marc Ayrault, à sa gauche, la chancelière a ouvert le conseil des ministres franco-allemand.

conseil ministres

12h25 : Les députés au Bundestag. Désormais, chacun va devoir trouver sa place dans le Palais du Reichstag, sans commettre d'impair. Dans son "Petit guide pour les députés français" publié dans le Monde, le journaliste Frédéric Lemaître explique que "le placement sera libre, à l'exception du premier rang". Les écolos devront aussi faire attention à leur placement. "En Allemagne, ils siègent entre les sociaux-démocrates et les chrétiens-démocrates".



12h20. Les députés veulent débattre du Mali. Le président du Bundestag, Norbert Lammert, a affirmé mardi à Berlin, au sujet de l'intervention française au Mali, la volonté des parlements français et allemand de "ne pas laisser les sujets d'actualité aux seuls gouvernements".

11h40. Bientôt le Conseil des ministres. Comme le raconte le journaliste politique d'Europe 1 Antonin André, les ministres attendent sagement Angela Merkel et François Hollande pour le conseil des ministres commun. Le président et la chancelière donneront ensuite une conférence de presse commune.

11h30. Les députés sont finalement arrivés à Berlin avec 1h30 de retard.

11h. Bartolone déjà à Berlin. Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone a recontré en fin de matinée le président du Bundestag, Norbert Lammert.

allemagne

8h40. Un départ retardé pour Berlin. Pour ce déplacement aux airs de sortie scolaire, les 400 députés étaient répartis sur deux avions. Un premier A340 a quitté Roissy à l'heure prévue, vers 8h30. Le deuxième, en revanche, est parti avec 1h30 de retard suite au malaise de Philippe Kemel avant le décollage, comme l'ont rapporté les députés UMP Yves Jégo et Philippe Gosselin sur leur compte Twitter. Le député et docteur Accoyer a examiné son collègue mais Philippe Kemel a finalement été pris en charge par les services médicaux de Roissy Charles-de-Gaulle. Le député du Pas-de-Calais a fait savoir en fin de matinée qu'il avait été "victime d'un léger malaise" et qu'il allait "mieux"

 

8h30. Un dictionnaire parlementaire en cadeau. Est-ce pour mieux communiquer avec leurs collègues du Bundestag ? Sur son compte Twitter, le député UMP Yves Jégo raconte que les députés se sont vus remettre un badge et "un petit dictionnaire parlementaire".