Hollande, le septième

  • A
  • A
Hollande, le septième
@ EUROPE 1 SABINE CHECUCCI
Partagez sur :

INFOGRAPHIE - Hollande est officiellement devenu mardi le 7e président de la Ve République. 

François Hollande est officiellement devenu mardi le 7e président de la Ve République lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs avec le président sortant, Nicolas Sarkozy, scellant le retour de la gauche au plus haut sommet de l'Etat après 17 années d'absence.

François Hollande (1954 - ). Elu le 6 mai 2012, à l'âge de 57 ans. Premier secrétaire du PS de 1997 à 2008, il est désigné candidat socialiste lors de primaires organisées en octobre 2011. Après avoir fait la course en tête durant toute la campagne présidentielle, il s’impose face à Nicolas Sarkozy avec  51,6% des voix."Les Français en ce 6 mai viennent de choisir le changement en me portant à la présidence", a-t-il déclaré lors de son premier discours de président de la République devant ses partisans à Tulle, son fief.

Nicolas Sarkozy (1955 - ). Elu le 6 mai 2007, à l'âge de 52 ans. Nicolas Sarkozy a suscité des sentiments extrêmes durant une présidence atypique. Les uns ont loué chez cet avocat de formation, qui s'est défini comme "un petit Français de sang mêlé", une énergie et un volontarisme inlassables. D’autres l’ont taxé d'agitation brouillonne et inefficace. Durant son quinquennat, il a procédé à la réforme de retraites en 2010 et a dû affronter une grave crise économique à la fin de son mandat.

Jacques Chirac (1932- ). Elu le 7 mai 1995, à l'âge de 62 ans. Le Corrézien bat Lionel Jospin (52,6 %), qui devient son Premier ministre deux ans plus tard après l'échec de la dissolution de l'Assemblée nationale. Jacques Chirac est largement réélu le 5 mai 2002, cette fois pour cinq ans, face à Jean-Marie Le Pen qui avait devancé Lionel Jospin au 1er tour, le 21 avril. Parmi ses mesures marquantes : la fin du septennat, la réforme du service militaire, le "non" à la guerre en Irak en 2003. 

 François Mitterrand (1916-1996). Elu le 10 mai 1981, à l'âge de 64 ans. L'élection de François Mitterrand ouvre la voie à une alternance politique qui porte la gauche à la tête de l'Etat après vingt-trois ans de pouvoir exclusif de la droite.  Réélu le 8 mai 1988 (54%), face à Jacques Chirac, il devient le premier président élu deux fois au suffrage universel. Malgré un cancer de la prostate, Mitterrand mène à terme son second septennat et détient à ce jour le record de longévité à l'Elysée. Parmi ses mesures phares : l’abolition de la peine de mort, l’instauration du RMI et de la CSG. 

 Valéry Giscard d'Estaing (1926 - ). Elu le 19 mai 1974, à l’âge de 48 ans. Victorieux de justesse (50,8%) face à François Mitterrand, Valéry Giscard d'Estaing incarne à son avènement une nouvelle génération d’homme politique, étant beaucoup plus jeune que ses prédécesseurs. Sous sa présidence, la majorité civile passe à 18 ans. Il autorise également le divorce par consentement mutuel ainsi que l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Georges Pompidou (1911-1974). Elu le 15 juin 1969, à l'âge de 58 ans. Georges Pompidou sort vainqueur de son duel face à Alain Poher,le président du Sénat qui assurait l'intérim depuis avril. Atteint d'une sorte de cancer du sang, il décède le 2 avril 1974, quatre ans et neuf mois après sa prise de fonction. Mesures phares : instauration du SMIC à la place du SMIG, modernisation économique et industrielle du pays et développement de l’automobile.

 
Charles De Gaulle (1890-1970). Elu président le 21 décembre 1958, à l'âge 68 ans. Fondateur de la Ve République, Charles de Gaulle effectue un premier mandat de sept ans marqué par la guerre d'Algérie, la décolonisation en Afrique et l'affirmation de la souveraineté française sur la scène internationale.

En 1962, le général fait adopter par référendum le principe de l'élection du président de la République au suffrage universel. La première, le 19 décembre 1965, voit sa réélection avec 55,2% des voix. Au cours de ce second mandat, Charles de Gaulle surmonte la crise de mai 1968, et démissionne le 28 avril 1969 après la victoire du non au référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat.