Hollande : le satisfecit de Royal

  • A
  • A
Hollande : le satisfecit de Royal
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - "Les initiatives qu'il a annoncées sont prometteuses pour l'avenir", estime-t-elle.

Un bon point pour Hollande. Alors qu'elle dressait lundi dans le Monde un bilan au vitriol de la première année de la présidence Hollande, Ségolène Royal a été convaincue par la prestation du chef de l'Etat et ancien compagnon, jeudi, lors de sa conférence de presse. "Je l'ai trouvé offensif et déterminé", a-t-elle confié vendredi matin sur Europe 1. "L'analyse de la situation qu'il a faite et les initiatives qu'il a annoncées sont prometteuses pour l'avenir", a estimé l'ancienne candidate à l'élection présidentielle.

Que manque-t-il à François Hollande pour figurer dans son dernier livre Cette belle idée du courage ? Rires de Ségolène Royal. "Regardez comme vous polémiquez, je ne vais pas tomber dans la démagogie ou le schématisme. Ce sont de grandes figures de l'Histoire, sans doute le deviendra-t-il, il a cinq ans pour cela...", a répondu la présidente de la région Poitou-Charentes.

Moi, Ségolène … Ne comptez pas sur elle pour se taire. Ségolène Royal a un avis et continuera à le donner. Quitte à déplaire au président et au gouvernement."J'ai dit des choses de bon sens que je continuerai à dire. Je porte la parole des Français que l'on entend, les uns, les autres, les Français attendent aussi une accélération, des solutions concrètes aux problèmes qu'ils vivent, et des résultats", a indiqué la présidente de Poitou-Charentes.

03.05 montebourg moscovici 930620

© MAXPPP

Ses conseils aux ministres. Ségolène Royal a aussi apprécié les propos de François Hollande sur l'importance de "n'avoir qu'une seule ligne au gouvernement", en référence aux divergences idéologiques entre Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici. "François Hollande a dit qu'il fallait resserrer les rangs, c'est très important. Il faut jouer en esprit d'équipe pour que, sur le terrain, les entreprises, les acteurs économiques ne se demandent pas si la politique change tous les jours. Cette cohésion est nécessaire, surtout en période de crise économique", a souligné l'ancienne candidate à la présidentielle, qui avait plaidé dans le Monde pour "une restructuration" à Bercy.