Hollande : le PS cache sa joie

  • A
  • A
Hollande : le PS cache sa joie
L'annonce de la candidature de François Hollande n'a pas soulevé l'enthousiasme au sein du PS.@ MAXPPP
Partagez sur :

L’annonce de la candidature aux primaires de l’ex-Premier secrétaire ne fait pas que des heureux.

La surprise n’a pas été le premier sentiment qui a animé les socialistes jeudi à l’annonce de la candidature aux primaires de François Hollande. D’abord parce que cette annonce ne faisait plus vraiment de doute après la victoire de l’ancien premier secrétaire aux élections cantonales en Corrèze. Mais aussi et surtout parce que la perspective de voir François Hollande se mêler à la lutte n’a pas suscité, loin s’en faut, d’enthousiasme chez les caciques de la rue de Solférino.

En guise de première réaction, Elisabeth Guigou a ainsi regretté que cette annonce "interfère" avec la présentation du projet socialiste le 5 avril prochain. "J'espère en tout cas que ça ne va pas envahir toutes les discussions, tout l'espace médiatique, et que nous allons pouvoir faire connaître nos propositions", a expliqué l’ancienne garde des Sceaux sur Europe 1, reconnaissant du bout des lèvres que son camarade avait tout de même "fait un bon parcours".

"Au final la décision se fera entre Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn", a-t-elle conclu :

Jean-Louis Bianco, lui, a vu dans la candidature de François Hollande un nouveau prétexte pour pester contre le calendrier des primaires socialistes. "Ce qui m’ennuie, ce que nous ayons adopté ce calendrier stupide de faire les primaires au mois d’octobre. Ça veut dire qu’entre maintenant et le mois d’octobre, on va avoir une campagne plus ou moins claire, plus ou moins larvée. On a déjà vu les petites phrases qui commencent, en tout cas de la part des entourages", a déploré sur Europe 1 celui qui fut directeur de campagne de la candidate Royal en 2007. "Ce que je souhaiterais au moins, c’est que Dominique Strauss-Kahn et Martien Aubry se déclarent vite. Faisons ce vote le plus tôt possible."

"Il n’a pas ce côte condescendant"

A droite, l’annonce de François Hollande n’a pas provoqué plus de remous que cela. Christian Jacob a dit sa préférence pour le président de Corrèze par rapport à Dominique Strauss-Kahn ou Martine Aubry. "Il n'a pas ce côté condescendant que peut avoir Strauss-Kahn dans son émission (un portrait du patron du FMI sur Canal+) où on se demande si finalement la présidentielle est bien digne de lui", a déclaré sur LCI le président du groupe UMP à l’Assemblée. Le député de Seine-et-Marne a également estimé que François Hollande se démarquait "de Martine Aubry, qui boucle un accord sur un coin de table avec DSK, qui paraît un peu suspect".

Pas sûr que ce blanc-seing venu de la droite, où Dominique Strauss-Kahn, qui caracole en tête de tous les sondages d’intentions de vote pour 2012, réjouisse outre mesure le nouveau candidat aux primaires socialistes.