Hollande : le déroulé de la conférence

  • A
  • A
Hollande : le déroulé de la conférence
François Hollande va s'adresser aux Français.
Partagez sur :

Revivez minute par minute la conférence de presse de François Hollande.

19h27 : C'est terminé ! Après 2h24 de discussion - seul François Mitterrand a fait plus long, en 1984, avec 2h37 -, François Hollande clôt dans un sourire sa première conférence de presse présidentielle.

19h20 : Quid des otages français au Mali ? "Je fais tout pour que les ravisseurs comprennent que c’est le moment de les libérer car ils n’ont rien à espérer en les gardant. En plus ce sont les Africains qui vont intervenir, pas la France." Selon le président, tout est fait pour éviter une intervention militaire car "il suffirait que les groupes terroristes se retirent du Nord, tout simplement, et il n’y aurait plus besoin d’intervenir."

03458537

19h15 : le président est interrogé par une journaliste chinoise sur sa relation avec l'Asie, lui qui s'est rendu il y a peu au Laos pour participer au sommet Europe Asie (Asem). "Je considère que nous devons avoir une relation plus confiante et plus exigeante. Nous devons poser des règles de réciprocité commerciale, de protection d'un certain nombre de nos technologies".

>>  A LIRE AUSSI : Hollande se tourne vers l’Asie

19h05 : Pourquoi Aurore Martin a-t-elle été extradée? "Le mandat européen a été considéré par tous comme un grand progrès. A aucun moment je n’ai donné la moindre consigne pour qu’elle soit contrôlée.  Cette arrestation a conduit la gendarmerie à la présenter devant le parquet général, et la procédure est automatique donc a aucun moment le gouvernement n’a été interpelé. Je ne suis pas à la place de la justice, je ne ferai aucune concession au principe d’indépendance de la justice."

>>  A LIRE AUSSI NOTRE INTERVIEW DE VALLS : "la loi a été appliquée"







18h53 : Les premiers mots de politique extérieure. "La France reconnait la coalition nationale syrienne comme le futur gouvernement provisoire de la Syrie pour en finir avec Bachar Al-Assad", assure le président, qui aborde ensuite le cas du Sahel : "En aucun cas, la France n'interviendra elle-même au Mali."

18h43 : "Je suis pour une Europe à plusieurs vitesses". François Hollande a évoqué longuement la relation franco-allemande... sans jamais citer une seule fois le nom d'Angela Merkel. "A chaque fois, il faut trouver des compromis dans l'intérêt de l'Europe. Ce qui compte, ce n'est pas ce qui se dit mais ce que nous nous disons (…) Personne ne fait la leçon à personne. Ce que nous avons à faire la chancelière et moi, ce n'est pas de monter nos opinions publiques les unes contre les autres. Nous devons approfondir l'Europe (…) Nous allons préparer la grande échéance : après l'union bancaire, il faudra faire vivre l'Europe politique."

>>  A LIRE AUSSI : France/Allemagne : mésentente cordiale

Sans-titre-2

18h37: Reconnait-il l’existence de couac ? François Hollande se pose la question à lui-même et rappelle que des erreurs de communication ont eu lieu dans chaque gouvernement, de tous temps, et "il y a même eu des remaniements dans les premières semaines", s’amuse-t-il, avant de se livrer à un recadrage ferme des ministres : "quand on conduit l’action gouvernementale, il faut faire attention à tout. J’en ai tiré toutes les leçons et cela me permet de dire à chacun qu’il doit être concentré uniquement sur sa tâche."

>>  A LIRE AUSSI : La leçon de "couac" du gouvernement

18h30 : Comment vit-il sa baisse de popularité ? "Oui, je regarde les sondages ! Est-ce que j’en commande ? Non, il y en a suffisamment pour que je sois informé. Est-ce que je me détermine par rapport à eux ? Non, car sinon je ferai campagne, je ne ferai pas président ! Vous croyez que c’est populaire d’annoncer 20 milliards d'impôts au retour de l’été ? Non, mais je le fais."

>>  A LIRE AUSSI : Pourquoi Hollande est-il si impopulaire ?

18h20 : Comment vit-il le "Hollande bashing" ? Très critiqué par la presse, François Hollande "n’est touché par rien. Cela fait partie de la démocratie. Je ne pense pas que les Français se déterminent par rapport à ces impressions."

>>  EN VIDÉO : L'heure du Hollande-bashing

18h10 : La loi sur le droit de vote des étrangers verra-t-elle le jour ? "C’est une proposition qui, depuis 30 ans, est au programme de bien des chefs d’Etats. Mon prédécesseur a même eu cette tentation. J’ai moi-même pris un engagement. Mais cela ne pourra pas passer simplement passer par décret." Comment compte-t-il faire pour mettre en application sa promesse de campagne ? "C'est une réforme constitutionnelle et donc il faut la majorité des 3/5e qui n'est pas aujourd'hui constituée. Quand elle sera envisagée, je prendrai mes responsabilités mais pas avant car si c'est pour présenter un texte qui risque de diviser les Français et que je risque de ne pas pouvoir passer, je m'y refuse."

Jean-Christophe Lagarde est le porte-parole de l'UDI :





>>  A LIRE AUSSI : Le droit de vote des étrangers attendra

Gaz de schiste

© MAXPPP

18h03 : Quid du gaz de schiste? "Il y a eu une loi en 2011 qui interdit la fracturation hydraulique. Tant qu’il n’y aura pas d’autres techniques, il n’y aura pas d’exploitation. J’ai fixé le cap et je m’y tiens", a tranché le président.

>>  A LIRE AUSSI : Le gaz de schiste, c'est quoi ?

17h57 : Pourquoi le mariage gay est-il repoussé ? "Sur le mariage pour tous, j'ai demandé que le gouvernement préparer un projet de loi pour permettre le mariage et l'adoption homosexuelle. Il y a un besoin de temps pour le débat pour que toutes les croyances et toutes les sensibilités soient respectés." Et, s'appuyant sur l'exemple de l'Espagne, le président juge que la droite ne reviendra pas sur cette évolution sociétale.

>>  A LIRE AUSSI : Que prévoit le "mariage pour tous" ?





17h50 : "Pas de pause, pas de renoncement." Interrogé sur l'absence d'audit de la France lancé après son élection. François Hollande répond au tac au tac, taclant la droite sans le dire. "Trouvez-moi un gouvernement qui a aussi vite pris des décisions sur deux sujets qui minent notre pays : le déficit et la question industrielle. Je n’ai pas attendu mi-mandat. Pas de pause, pas de renoncement. Je n’ai pas non plus attendu la fin pour dire qu’il y aura une réforme de la compétitivité à faire..."

17h46 : François Hollande en a fini avec son propos liminaire. Place désormais aux questions des journalistes.

>> Retrouvez toutes les questions posées sur le Lab

17h45 : Bruno Le Roux est le chef de file des élus socialistes à l'Assemblée nationale :





17h40. Hollande ne pense pas à 2017. "J'ai fait le choix du redressement. Je ne prépare pas le sort d'une prochaine élection, mais le sort d'une prochaine génération. J’espère pouvoir compter sur le concours de beaucoup de nos concitoyens"

06.11 Louis Gallois Jean-Marc Ayrault remise rapport 930620

© MAX PPP

17h36 : Hollande justifie la hausse de la TVA. Le président rappelle d’abord que le Parlement a supprimé la "TVA anti-délocalisation" de Nicolas Sarkozy à 21,2 % car il a considéré "que ce n'était pas le moment d'ajouter ce prélèvement à d'autres". Puis de justifier la hausse qu’il a lui-même décidé suite au rapport Gallois. "J'ai proposé un restructuration des taux de TVA qui interviendra en 2014. En 2013, rien ne sera demandé aux Français".

>>  A LIRE AUSSI :  TVA : déjà des ajustements en vue ?

17h32 : Christian Estrosi, ancien ministre de l'Industrie de Nicolas Sarkozy, réagit aux explications du président sur la hausse de la TVA :





17h30 : la petite phrase. "On m'avait dit il fallait un choc (sur la compétitivité). Il parait que ça faisait chic".

17h27 : Faouzi Lamdaoui  est conseiller spécial auprès de François Hollande





17h25 : "Produire plus et mieux en France". Pour justifier les suites données au rapport gallois par le gopuvernement, le chef de l’Etat explique que "le pacte [de compétitivité]  vise à produire plus et mieux en France, ce qui suppose un meilleur financement pour l'exportation. C'est le rôle de la Banque publique d'investissement."

17h20 : Camille Langlade est journaliste à Europe 1





17h15. Hollande justifie l’ambition des 3% de déficit. "Au nom de notre pays, j’ai fait le choix du désendettement (…) J'ai donc demandé au gouvernement de Jean-Marc Ayrault de conduire à marche forcée le redressement des comptes publics". Et le chef de l’Etat de se féliciter que "les taux d'intérêt sont au plus bas. Ils sont même diminué depuis le 6 mai !"

17h10. Le chef de l'Etat définit son ambition et sa fonction. "Une politique n’est pas une accumulation de propositions et de mesures aussi fortes soient elles (...) c’est une cohérence (...) Ma mission : parvenir à redresser la croissance et a réduire le chômage. C’est sur ses seuls résultats que je demande à être jugé."

17h05. C'est parti! François Hollande entame son allocution en listant les mesures déjà mises en œuvre par son gouvernement : emplois d’avenir, traité budgétaire européen, retour à la retraite à 60 ans, allocation de rentrée scolaire, création de postes dans l’Education nationale.

 16H50 : les ministres sont désormais arrivés. François Hollande, lui, se fait encore attendre





16h34 : Paul Larrouturou, journaliste au Lab d'Europe 1, est présent à l'Elysée

16h30 : les coulisses des préparatifs. L’Elysée propose, sure son compte Dailymotion, de suivre en direct les préparatifs de la conférence de presse du président.







16h 25 : Trierweiler devant sa télévision. La compagne de François Hollande a indiqué, en marge de sa visite d'usine dans le nord de la France, qu'elle allait regarder la conférence de presse du président de la République "à la télévision". Sans vouloir faire davantage de commentaires.

>>  A LIRE AUSSI : Ce que Hollande a en tête

16h20 :  La ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie sera bien présente pour suivre la prestation du chef de l'Etat







16h15. Qui est l’homme politique le plus gentil ? Lundi soir, Psychologies magazine a décerné le prix de l’homme politique le plus gentil. Et c’est François Hollande qui s’est imposé, juste devant Michel Sapin. "On peut avoir une vraie gentillesse, une vraie reconnaissance des autres, un vrai respect des autres avec de l'autorité, c'est ce que fait, et peut-être va démontrer ce soir, François Hollande", a réagi le ministre du Travail, sur France 2.

>>  A LIRE AUSSI : Hollande, le politique le plus gentil

16h : Hollande se sait attendu. Le chef de l’Etat tient sa première de conférence de presse, aujourd’hui à 17h. Un événement que vous pouvez suivre en direct sur Europe 1, qui décryptera ensuite ce moment fort de la vie politique avec Alain Juppé, Jean-Louis Borloo, Pierre Laurent, François Rebsamen et Louis Aliot.

>> Suivez en direct sur Europe 1 la conférence de presse