Hollande : "le 6 mai, je veux une victoire"

  • A
  • A
Hollande : "le 6 mai, je veux une victoire"
Premier tour : Hollande s'estime le mieux placé pour devenir le prochain président@ REUTERS
Partagez sur :

VIDEO - Arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, François Hollande part confiant pour le second tour. 

"Le 6 mai, je veux une victoire, une belle victoire, pour la France et son avenir". Dimanche soir, depuis son fief de Tulle en Corrèze, François Hollande s'est dit "le mieux placé" pour devenir président de la République après avoir devancé Nicolas Sarkozy au premier tour de l'élection présidentielle en France.

Un clin d'oeil à Joly et Mélenchon 

"Je suis le candidat du rassemblement pour le changement", a insisté le candidat socialiste, crédité de 27,7 % des voix. "Ce rassemblement doit être le plus large possible", a-t-il ajouté, saluant les candidats Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly qui ont appelé à voter pour lui





"Ce soir, le changement est désormais en marche et rien ne l'arrêtera. Il dépend du peuple français, et le choix est simple : continuer une politique qui a échoué avec un sortant qui a divisé, ou se diriger vers le redressement de la France dans la justice avec un candidat qui rassemblera", a poursuivi François Hollande qui a ensuite imputé à son adversaire, Nicolas Sarkozy, les hauts scores du Front national. 

Le score du FN, la faute de Sarkozy 

"Jamais le Front national n'avait atteint un tel niveau dans une élection présidentielle. Même en 2002, il n'avait pas mobilisé autant de suffrages", a-t-il souligné. Puis, le candidat socialiste a enfoncé le clou : le score du Front national, crédité de 18,2 à 20% des voix, constitue "un nouveau signal qui appelle à un sursaut dans la République et une compréhension, non pas des colères simplement, mais de ce qui travaille notre pays dès lors qu'il n'est pas porté avec fierté sur ce qui doit l'élever et où il est parfois abaissé, amoindri : c'est ce qui s'est passé depuis cinq ans".

Quel sera son programme dans les prochains jours ? "Pendant tous ces jours qui nous sépareront du second tour, je continuerai à rencontrer les Français, à les mobiliser et leur dire la fierté qui est la mienne de conduire cette campagne et qui sera, s'ils en décident, la fierté de conduire le pays comme président de la République", a conclu le candidat socialiste.