Hollande : la primaire, "totalement antinomique de la fonction présidentielle"

  • A
  • A
Hollande : la primaire, "totalement antinomique de la fonction présidentielle"
"Il est impossible d'être président et, en même temps, candidat à une primaire, dans les formes que nous avons connues"@ PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP
Partagez sur :

Pour la première fois, François Hollande se confie sur la présidentielle et pense que la primaire est "totalement antinomique de la fonction présidentielle".

François Hollande affirme que le processus des primaires pour désigner un candidat à l'élection présidentielle est "totalement antinomique de la fonction présidentielle", dans un entretien à l'hebdomadaire Le Point à paraître jeudi.

"Je pensais qu'il n'y en aurait pas". "La primaire est totalement antinomique de la fonction présidentielle. Il est impossible d'être président et, en même temps, candidat à une primaire, dans les formes que nous avons connues", déclare le chef de l'Etat. Pourtant, il avait donné son accord pour passer par la case primaire s'il était candidat à sa succession ? "Je pensais qu'il n'y en aurait pas parce qu'elle n'avait pas lieu d'être", confie-t-il pour la première fois.

"Il ne doit plus y avoir de primaires". "De cet épisode, je tire une conclusion : il ne doit plus y avoir de primaires dans des partis de gouvernement. Sinon, il n'y aura bientôt plus de parti de gouvernement dans ce pays. Ils sont devenus fragiles et doivent retrouver une légitimité par eux-mêmes, pas en choisissant leurs candidats à vau-l'eau, comme aurait dit le général de Gaulle", souligne François Hollande dans une allusion à la victoire de François Fillon à la primaire organisée par Les Républicains et à celle de Benoît Hamon dans la compétition initiée par le PS.