Hollande: la "ligne de conduite" du gouvernement "ne peut pas dévier"

  • A
  • A
Hollande: la "ligne de conduite" du gouvernement "ne peut pas dévier"
Partagez sur :

RÉPONSE OFFICIELLE - Le chef de l'Etat s'est exprimé dans une courte allocution préenregistrée.

"Ce vote, c’est une défiance à l’égard de l’Europe." Au lendemain de la déferlante FN aux élections européennes, François Hollande a pris la parole dans une allocation préenregistrée diffusée sur toutes les chaînes de télévision, ainsi que sur le site de l’Elysée : "la vérité est douloureuse : un électeur sur quatre a voté pour l’extrême droite. C’est en France, patrie des droits de l’Homme, que l’extrême droite arrive aussi largement en tête. Ce vote doit être regardé en face, c’est ce que je fais. Ce vote, c’est une défiance à l’égard de l’Europe, à l’égard des partis de gouvernement, de la majorité comme de l’opposition. Ce serait une faute que de fermer les yeux sur cette réalité, car elle traduit une peur du déclin", a déclaré le chef de l’Etat, qui sera mardi à Bruxelles avec ses homologues européens.

"L’Europe est devenu illisible". " Demain, au Conseil européen, je réaffirmerai que la priorité, c’est la croissance, c’est l’emploi. L’Europe est devenu illisible, elle doit être simple, claire, efficace. L’Europe doit préparer l’avenir, protéger ses frontières, ses intérêts, ses valeurs, sa culture", a-t-il affirmé.

"Les Français ne peuvent pas attendre". En revanche, comme Manuel Valls l'a déjà assuré, il n'y aura pas d'inflexion de la politique menée : la "ligne de conduite" du gouvernement "ne peut pas dévier en fonction des circonstances", au lendemain du scrutin européen qui a vu débâcle du PS. "Il faut de la constance, de la ténacité, du courage. Mais aussi la rapidité dans la mise en oeuvre. Parce que les Français ne peuvent pas attendre", a ajouté le chef de l'Etat.

Et le président de conclure en assurant que "dans les épreuves, face aux défis, le rassemblement il est nécessaire, le rassemblement des Français. Ce qui nous unit c’est notre attachement à la démocratie, à la République. Ce qui nous unit au-delà de tout, c’est notre amour de la France et ce sera le combat que je mènerai tout au long de mon quinquennat. Vive la République et vive la France."

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

DEBRIEFING - Européennes : Hollande "encaisse avec sang froid ", selon Lurel

ANALYSE - Européennes : comment Hollande veut limiter la casse

ANALYSE - Les cinq leçons du scrutin

RETRO - La gueule de bois post-Européennes, une tradition

PROJECTION - Voilà à quoi va rassembler le Parlement européen

TOUR D'HORIZON - Européennes 2014 : comment ont voté nos voisins ?

ESSENTIEL - Tendances et résultats du scrutin

PARTICIPATION - En hausse par rapport à 2009

EN IMAGES - Tour d’Europe des urnes