Hollande : "la fonction présidentielle doit être respectée"

  • A
  • A
Hollande : "la fonction présidentielle doit être respectée"
@ Capture écran i-Télé
Partagez sur :

MISE AU POINT - Interrogé sur la publication du livre de son ex-compagne Valérie Trierweiler, François Hollande a répondu "la fonction présidentielle doit être respectée"

Sa réponse. Ereinté publiquement par son ex-compagne, François Hollande a promis vendredi qu'il irait "jusqu'au bout" de son mandat, malgré les sondages calamiteux qui viennent boucler une semaine catastrophique pour lui et Manuel Valls. Grave, il a profité d'une conférence de presse organisée à l'issue d'un sommet de l'Otan à Newport, au Royaume-Uni pour répondre pour la première fois aux questions de la presse depuis la sortie la veille du brûlot de Valérie Trierweiler, "Merci pour ce moment".

>> LIRE AUSSI - "Sans-dents" : pourquoi l'expression prêtée à Hollande a fait mouche ?

Sa "raison d'être". "Je n'accepterai jamais que puisse être mis en cause ce qui est l'engagement de toute ma vie, de tout ce qui a fondé ma vie politique, mes engagements, mes responsabilités, les mandats que j'ai exercés", a-t-il lancé. Il a fermement récusé les accusations de l'ex-première dame selon lesquelles il mépriserait les pauvres, assurant au contraire que sa "raison d'être" était d'être "au service" des "plus fragiles, des plus modestes, des plus humbles".

"J'agirai jusqu'au bout". Alors qu'un sondage Ifop pour le Figaro le donne pour la première fois battu à la présidentielle en cas de second tour face à Marine Le Pen - après d'autres études soulignant des records d'impopularité - il a assuré : "J'agis et j'agirai jusqu'au bout".  "Je suis à mi-mandat et il n'y a pas de sondage, aussi difficile soit-il, que je regarde en face, qui puisse interrompre le mandat que donne le peuple au président de la République".

>> LIRE AUSSI - Un sondage donne Marine Le Pen en tête en 2017

Cette mise au point très solennelle vient clore une semaine à haut risque pour l'exécutif, après la démission de Thomas Thévenoud, 40 ans, de son poste de secrétaire d'Etat au Commerce extérieur et au Tourisme parce qu'il se soustrayait au fisc depuis au moins trois ans.