Hollande : il n'y a "pas de plan d'économie qui soit indolore"

  • A
  • A
Hollande : il n'y a "pas de plan d'économie qui soit indolore"
@ REUTERS
Partagez sur :

VIDEO - Après l'annonce d'un sévère coup de rabot sur la politique familiale, le chef de l'Etat a concédé que ces économies seraient "douloureuses".

Le gouvernement a annoncé lundi que le budget de la Sécurité sociale pour 2015 mettrait à contribution les familles. Parmi les mesures présentées, un sévère coup de rabot sur la prime à la naissance, ou encore une réduction du congé parental pour les mères. Alors que la droite est montée au créneau, François Hollande a concédé mardi que les économies seraient "douloureuses". Mais il a insisté sur le fait qu'il n'y ait "pas de plan d'économie qui soit indolore, sinon ça aurait déjà été fait".

>> LIRE AUSSI - Sécurité sociale : les familles mises à contribution

"Il faut faire des économies. C'est ce que nous allons faire en 2015 et cela a forcément des conséquences", a déclaré le président de la République en remettant le prix de l'audace créatrice devant un parterre de patrons à l'Elysée. "Si vous n'entendez pas crier, c'est que nous ne faisons pas d'économies. Donc vous voyez, vous entendez", a-t-il reconnu alors que les professionnels libéraux se sont mis en grève mardi pour protester contre la réforme touchant leurs professions.

Ecoutez les déclarations du président de la République :

"Les économies forcément sont douloureuses, il n'y a aucun secteur qui peut accepter de voir un certain nombre de ses habitudes, parfois de ses financements être remis en cause", a poursuivi François Hollande, insistant sur la nécessité de faire ces économies "de manière juste, de manière efficace, de manière innovante".

"Pendant les cinq années qui ont précédé mon entrée en responsabilité, la dette publique a augmenté de 600 milliards, nous sommes à 2.000 milliards. Donc notre rôle ça doit être de maîtriser les déficits pour éviter que nous puissions encore augmenter le niveau absolu de la dette même si elle se finance à des taux d'intérêts très bas", a aussi déclaré le chef de l'Etat.