Hollande fait "tout ce qu'il peut pour garder le Royaume-Uni dans l'Europe"

  • A
  • A
Hollande fait "tout ce qu'il peut pour garder le Royaume-Uni dans l'Europe"
@ AFP
Partagez sur :

Le président de la République a expliqué vendredi sur France Inter qu'il faisait tout ce qu'il pouvait pour garder le Royaume-Uni dans l'Europe. 

"Je fais ce qu'il faut pour garder le Royaume-Uni dans l'Europe". Alors que le Conseil européen sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Europe s'éternise, le président de la République a expliqué vendredi sur France Inter qu'il mettait tout en oeuvre pour garder le pays de David Cameron dans l'Union européenne. "Imaginons que les Britanniques quittent l'Union européenne au mois de juin, après un référendum : d'autres pays se diront 'pourquoi pas, puisque eux l'ont fait, faisons-le'", a-t-il estimé. 

"Un compromis sera trouvé à Bruxelles, je l'espère". "Un compromis sera trouvé, je l'espère (...) Mais je ne vais pas laisser un pays ami, la Grande-Bretagne, dans la situation où il pourrait satisfaire son opinion publique, elle-même traversée, divisée, au risque de ne pas faire avancer l'Europe justement pour régler les problèmes qui sont les nôtres: la croissance, l'emploi, l'agriculture, les réfugiés, la cohésion, la politique extérieure...", a-t-il ajouté. "Ce qui manque à l'Europe, c'est un projet", a encore soutenu le chef de l'Etat.

Ce qui manque à l'Europe, c'est un projet

Le Premier ministre britannique, David Cameron, espère arracher un accord lui permettant d'organiser dès juin un référendum à haut risque sur l'appartenance de son pays à l'Union européenne. Même si les électeurs britanniques restent partagés, la perspective d'un "Brexit" - une sortie du Royaume-Uni de l'UE - fait trembler l'Union, déjà ébranlée par une crise migratoire, sans précédent depuis 1945.

Il ne peut pas y avoir de "règles particulières" pour la City. Le président de la République a aussi estimé qu'il n'était pas acceptable que la place financière de Londres bénéficie de "règles particulières", comme le réclame le Premier ministre britannique David Cameron. "Il peut y avoir une prise en compte de ce que est la City pour l'Europe (...) mais il ne peut pas y avoir de règles particulières pour la City", a-t-il affirmé, en référence à l'un des points de blocage des discussions en cours entre le Royaume-Uni et les autres pays de l'Union européenne.

Les allocations sociales pour les expatriés européens, autre point de blocage. Le chef de l'Etat a aussi souligné que la question des allocations sociales pour les expatriés européens dans le Royaume-Uni était le principal point de blocage des négociations avec David Cameron.