Hollande et Trierweiler : un couple qui bouscule le protocole

  • A
  • A
Hollande et Trierweiler : un couple qui bouscule le protocole
La question protocolaire concernant la Première dame pourrait se poser dans des pays très religieux.@ REUTERS
Partagez sur :

Ils ne sont pas mariés. Une première à l'Elysée qui pourrait poser problème dans des pays religieux.

François Hollande et Valérie Trierweiler forment le premier couple non marié à l'Elysée. Une nouveauté qui pourrait perturber le protocole de la présidence de la République. En réalité, la qualité de compagne du nouveau chef de l'Etat et non d'épouse ne devrait pas être un obstacle aux visites à l'étranger ou aux réceptions officielles en France, même si de rares exceptions peuvent exister.

Valérie Trierweiler a balayé la question de savoir si son statut de concubine pouvait créer un problème sur un plan diplomatique. "Je ne suis pas sûre que cela en pose tant que ça. Peut-être pour une visite chez le pape ? Franchement, ce n'est pas du tout un aspect qui me soucie. Il y a bien d'autres choses qui peuvent m'inquiéter avant celle-là. Cette question du mariage est avant tout un aspect de notre vie privée", a souligné la journaliste.

La compagne affirme, par ailleurs, qu'elle fera le nécessaire pour "représenter l'image de la France" mais ne compte pas être "une potiche" en tant que Première dame, dans une interview accordée au Times publiée mercredi.

"On est au 21e siècle"

Outre le Vatican, où elle ne pourra sans doute pas être reçue hors mariage, la question protocolaire concernant la Première dame pourrait se poser dans des pays très religieux et attachés aux principes comme l'Arabie Saoudite, l'Indonésie, voire l'Inde, mais ne devrait pas se transformer en véritable enjeu.

"Le protocole s'adapte de manière pragmatique et on est au 21e siècle", souligne sous couvert d'anonymat un spécialiste du sujet au ministère des Affaires étrangères. "En France, quand nous recevons pour des visites d'Etat ou officielles, c'est nous qui fixons les règles", ajoute-t-il. A l'étranger, les services protocolaires s'adaptent à ce que la France demande, renchérit une autre source. "Si on leur dit 'traitez cette personne comme l'épouse du président' ils s'y plient", dit-elle. Car le protocole repose surtout sur des règles non écrites, qui ne sont ni texte de loi ni texte constitutionnel.

Même dans les pays qui pourraient poser problème, il faudrait étudier avec soin s'il n'y a "pas eu de précédent", soulignent les experts. Ils notent à cet égard qu'aujourd'hui, des ministres des Affaires étrangères homosexuels peuvent se déplacer en toute liberté à l'étranger avec leur conjoint, à l'occasion de visites ou de réunions officielles.

Sarkozy seul en Inde et dans le Golfe

Au début de son quinquennat, le président Nicolas Sarkozy s'était rendu seul en Inde, sans Carla Bruni, alors qu'il n'était pas encore marié. Mais leur relation était très récente et cette absence peut aussi s'expliquer par des raisons franco-françaises, note un observateur. Après s'être remarié, Nicolas Sarkozy était retourné en Inde avec son épouse, pour notamment visiter "le monument de l'amour", le Taj Mahal.

"En général, nous n'accordons des facilités protocolaires qu'aux époux et épouses", a indiqué le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, Syed Akbaruddin, en précisant n'être pas au courant "dans le détail" de la situation de François Hollande.

En Indonésie, pays musulman, partager une vie commune sans le sacrement du mariage est globalement mal perçu par la population. Pour le Conseil indonésien des Oulémas, plus haute instance religieuse islamique dans le pays, les relations sexuelles hors mariage sont "haram" ("interdit"). Mais les Indonésiens, qui pratiquent généralement un islam modéré, ne s'attendent pas à ce que les étrangers d'autres confessions respectent ces principes.

Dans une monarchie du Golfe, où la cohabitation hors mariage est formellement interdite, les considérations protocolaires pourraient en revanche être contraignantes pour François Hollande s'il choisissait de voyager avec sa compagne. En janvier 2008, Nicolas Sarkozy avait dû faire sa première tournée dans la région sans Carla Bruni.